Forum de l'association Sidaventure
Sidaventure, la seule association de séropositifs qui lutte pour venir en aide aux séropositifs et lutter contre le Virus du VIH, VHC, SIDA

Forum de l'association Sidaventure

Forum de Sidaventure Séropositivité & l'iberté
Ensemble ! Positivons contre le SIDA
 
AccueilAccueil  Mais que font tMais que font t  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Mais que font toutes les associations qui touchent des Millions d'Euros pour la prévention du SIDA ? Près de 2.000 enfants naissent séropositifs chaque année
Sidaventure, est la seule Association qui pense à la santé et sécurité des séropositifs au virus du SIDA sans aucune subvention d’état et laboratoires.
Le projet du sidatorium sexuelle de Sida info service vient de recevoir l'agrément du ministère de la Santé
Sidaventure est une association qui favorise gratuitement les rencontres pour les personnes séropositives
Le SIDA avec les 100.000 patients séropositifs Français, coût à la France 1.5000.000 d'euros par mois
Des coups de bâtons pour Pierre Berger qui enfonce le SIDACTION
C'est ensemble contre le Sidaction que nous disons non aux dons pour le sidaction, il faut pas prendre les séropositifs au virus du vih et sida pour leur fond de commerce, le sida n'est pas une industrie, mais bien une maladie !!!
Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons un remède contre le VIH / SIDA basé sur neuf espèces de plantes endémiques
Suite à la perquisition que nous avons eu au siège de nôtre Association SIDAVENTURE le 1er Juillet 2010, tout prend un sens nouveau notamment au niveau de ses droits les plus strict ce qui m'oblige à porter cette affaire auprès de la commission européenne avec comme texte de référence la charte fondamentale des droits de l'homme.
«En Suède, un séropositif peut être condamné juste parce qu'il n'a pas informé sa partenaire»
jeudi 1er Juillet 2010 nous avons eu une perquisition au siège de l'Association SIDAVENTURE, celà nous prouve bien qu'avec le remède de Madagascar nous sommes dans la bonne direction et que certains groupes ont peur !!! C'est le retour des Nazis en France ?
La circoncision, crime contre l’humanité…! Faire souffrir, et moins jouir, et durablement, telle est la principale « justification » des circoncisions masculines et féminines prônées par diverses religions (dont des chrétiennes, voire des catholiques) et des associations de lutte contre le SIDA.
L’association caritative de lutte contre le sida AIDES est dans le pétrin, les directeurs n’ont pas hésité à arrondir et gonfler leurs salaires au fils des mois, et que certains « bénévoles » perçoivent un salaire rondouillet.
Contrairement à ce que dit l'association AIDES, non le Cannabis ne soigne pas
Alors que l'association AIDES vente les vertus du Cannabis, des collégiens réalisent un documentaire pour sensibiliser, stop aux dons SIDACTION partenaire à cette association...
Sidaventure contre la corruption des firmes pharmaceutiques
Sondage
Derniers sujets
» Homme sérieux ch à partager sa vie avec une femme ayant un fort désir d'enfant
Mer 21 Juin 2017 - 7:35 par coco22

» Tu es quelque part
Mar 20 Juin 2017 - 20:45 par didilove

» ARTICLE AMOUR ET VIH // Appel à témoins
Mer 14 Juin 2017 - 15:16 par demian75

» Cherche une étoile
Dim 4 Juin 2017 - 9:51 par Victoire

» Recherche à construire relation sérieuse
Sam 3 Juin 2017 - 8:51 par boncoeur24

» amitié
Ven 12 Mai 2017 - 10:02 par Jameskakou

» pour une vie de couple a deux
Mer 3 Mai 2017 - 21:01 par bolingo

» Rencontre pour mariage
Jeu 20 Avr 2017 - 2:37 par duc

» rencontre
Sam 8 Avr 2017 - 23:35 par sophi2017

Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Forum
Forum
Forum

Partagez | 
 

 Banalisation du SIDA.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sidaventure
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1629
Age : 64
Localisation : dordogne
loisir : les séropositifs au VIH/SIDA
Points : 1637
Date d'inscription : 03/02/2005

Feuille de personnage
jeux de role:
0/0  (0/0)

11022009
MessageBanalisation du SIDA.

Banalisation du SIDA.


« Moi je suis bien informé, y a pas de problème. Je mets tout le temps des capotes ». Comme Dylan, lycéen de 17 ans, les jeunes se disent bien sensibilisés sur le virus du SIDA. Un constat confirmé par certains spécialistes comme Philippe Lamoureux. Le directeur général de l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) a remarqué une très nette augmentation de l’usage du préservatif en 20 ans : « En 1987, le pourcentage d’utilisation du préservatif chez les jeunes lors d’un premier rapport sexuel était de 14,5%. Aujourd’hui, on est régulièrement au-delà de 80 voir 85%, ce qui est un taux très important ». Les jeunes utilisent donc une protection lors d’un premier rapport sexuel mais ensuite ? On ne sait pas. Un constat pourtant : 12% des nouvelles contaminations concernent les jeunes âgés de 15 à 24 ans. Un chiffre qui n’a pas diminué depuis des années. « Le SIDA fait moins peur, constate Antonio Ugidos, directeur du Centre régional d’informations et de prévention du SIDA (CRIPS) d’Ile-de-France, le préservatif s’est banalisé mais le SIDA aussi », déplore-t-il. Avec l’arrivée de la trithérapie, l’image du virus a changé. « La maladie n’est hélas plus perçue comme une menace aussi alarmante qu’elle ne l’était il y a une vingtaine d’années, confie Philippe Lamoureux. Donc les pouvoirs publics doivent remobiliser et re-sensibiliser les jeunes », ajoute-t-il. Une tâche qui revient principalement à l’Education nationale.

Désengagement de l’école. Depuis 2001, et la loi relative à l’IVG, plusieurs circulaires ont contribué à fixer les objectifs de l’éducation à la sexualité dans les établissements scolaires. « Aujourd’hui, un élève doit recevoir trois séances par an de la sixième à la terminale », donne pour exemple Félicia Narboni, responsable de l’éducation à la Santé et à la sexualité, rue de Grenelle. Des textes de loi mal appliqués, dénonce Michel Simon, vice-président de l’association AIDES : « On voit que pas plus de la moitié des collèges ont véritablement mis en place ces modules d’éducation à la sexualité des jeunes », constate-t-il. Un désengagement également pointé du doigt par un rapport du conseil national du SIDA paru le 22 novembre dernier : « l’éducation à la sexualité et à la vie affective est soit laissée au bon vouloir des directeurs d’établissement et à la bonne volonté du personnel et des associations, soit cantonnée à des circulaires bien élaborées, mais inappliquées », y est-il écrit.

Changer la prévention. Et quand ces circulaires sont appliquées, c’est parfois la façon de faire passer le message qui ne convient plus : « On est bien informé mais souvent, c’est de façon rébarbative », explique Camille, en terminale dans le lycée de La tour des dames à Rozay-en-Brie. Dans cet établissement de Seine-et-Marne, la politique est de privilégier la prévention entre les jeunes. « Ils doivent absolument bâtir leur propre projet, leur propre information, donner leur message à travers leur vécu, leur vision et avec leurs propres mots », observe Catherine Mercier-Benhamou, proviseure. Dans cet optique, une classe de terminale en sciences médico-sociales présente cette semaine un spot à l’ensemble des élèves du lycée. Une projection suivie d’un débat animé par les élèves eux-mêmes.
Une prévention également complétée par des intervenants extérieurs, principalement proposés par le CRIPS d’Ile-de-France. La semaine dernière, 350 élèves de seconde ont participé à un débat théâtral. « A quel moment je dois mettre un préservatif ? Jusqu’où vont les préliminaires ? Est-ce que je dois faire comme dans les films pornos ? » Pendant près de deux heures les élèves ont parlé de leur sexualité. Un débat un peu particulier car animé par la troupe de théâtre Entrées de jeu. « Le principe est qu’on présente un certain nombre de situations aux élèves, des situations qu’ils sont censés rencontrer eux-mêmes dans la vie et à partir desquelles on va débattre », explique Adrien, comédien. La particularité de cette intervention est que les élèves ont la possibilité de rejouer la scène en improvisant avec les comédiens. La rencontre amoureuse, la séparation, la première fois, sept thèmes sont tour à tour abordés. A la sortie, les élèves sont enthousiastes : « Je me suis dit que j’étais pas la seule à vivre ça et à me poser ces questions là », s’aperçoit Pénélope. « Ca représentait bien les scènes difficiles que peuvent vivre les couples », ajoute-t-elle. « C’est le meilleur moyen qui puisse nous prévenir », conclut une autre élève. A l’issue de la séance, les comédiens font un constat : ce n’est pas l’information qui manque aux élèves mais plutôt la mise en application de ce qu’ils savent.

A l'occasion de la journée mondiale du SIDA, le 1er décembre, gros plan sur l'évolution du virus chez les jeunes. En France, 12% des nouvelles contaminations par an concernent les personnes de 15 à 24 ans.

Où en sont les jeunes ? A la question : les jeunes sont-ils bien informés par rapport au SIDA ? La réponse des spécialistes est unanime : oui ! Alors pourquoi 12% des nouvelles contaminations concernent les jeunes âgés de 15 à 25 ans? Un chiffre qui n'a pas baissé depuis des années. S'agit-il d'un problème de prévention ? Les jeunes se protégent-ils moins ? Le SIDA leur fait-il moins peur ?

Nés séropos... Comment vivre son adolescence quand on est né séropositif ? Un passage difficile pour ces jeunes qui ne veulent qu'une chose: être considérés comme des ados normaux. Un mal-être qui se traduit par l'arrêt de leur traitement. Reportage dans une unité spécialisé à l'hôpital Cochin et reportage au sein de l'association "Tague le mouton" qui apporte une aide éducative et psychologique à ses enfants.

Je veux que mon expérience serve aux autres. Luc, 27 ans, est séropositif depuis 3 ans. Un rapport non protégé et sa vie a été bouleversée. Aujourd’hui, il fait de la prévention et témoigne dans un DVD diffusé le 1er décembre dans toutes les classes de 1ere.

Des traitements qui sauvent mais ne guérissent pas...
L'apparition des trithérapies en 1996 a radicalement changé l’évolution de l’infection au VIH. Grâce à ces traitements, dans les pays où ils sont disponibles, les personnes séropositives peuvent vivre de nombreuses années sans développer la maladie. Une vie qui reste cependant en sursis et qui ne doit pas faire oublier qu’en France, on meurt toujours du sida...

_________________
Tant qu un homme, une femme, un enfant verra son avenir voilé, pour moi, rien ne sera terminé...
Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sidaventure.asso.fr

 Sujets similaires

-
» Sida, sur la piste des résistants
» Le pape estime que le préservatif ne peut régler le problème du Sida.
» Le "patient de Berlin", seul homme ayant guéri du SIDA.
» Sida : où en est-on aujourd'hui ?
» Vivre Avec Un Chat FIV+ ( sida du chat)
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Banalisation du SIDA. :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Banalisation du SIDA.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'association Sidaventure :: 

Des questions ? Posez ici vos questions sur le VIH & SIDA

 :: Les jeunes face au sida ?
-
Sauter vers: