Forum de l'association Sidaventure
Sidaventure, la seule association de séropositifs qui lutte pour venir en aide aux séropositifs et lutter contre le Virus du VIH, VHC, SIDA

Forum de l'association Sidaventure

Forum de Sidaventure Séropositivité & l'iberté
Ensemble ! Positivons contre le SIDA
 
AccueilAccueil  Mais que font tMais que font t  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Mais que font toutes les associations qui touchent des Millions d'Euros pour la prévention du SIDA ? Près de 2.000 enfants naissent séropositifs chaque année
Sidaventure, est la seule Association qui pense à la santé et sécurité des séropositifs au virus du SIDA sans aucune subvention d’état et laboratoires.
Le projet du sidatorium sexuelle de Sida info service vient de recevoir l'agrément du ministère de la Santé
Sidaventure est une association qui favorise gratuitement les rencontres pour les personnes séropositives
Le SIDA avec les 100.000 patients séropositifs Français, coût à la France 1.5000.000 d'euros par mois
Des coups de bâtons pour Pierre Berger qui enfonce le SIDACTION
C'est ensemble contre le Sidaction que nous disons non aux dons pour le sidaction, il faut pas prendre les séropositifs au virus du vih et sida pour leur fond de commerce, le sida n'est pas une industrie, mais bien une maladie !!!
Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons un remède contre le VIH / SIDA basé sur neuf espèces de plantes endémiques
Suite à la perquisition que nous avons eu au siège de nôtre Association SIDAVENTURE le 1er Juillet 2010, tout prend un sens nouveau notamment au niveau de ses droits les plus strict ce qui m'oblige à porter cette affaire auprès de la commission européenne avec comme texte de référence la charte fondamentale des droits de l'homme.
«En Suède, un séropositif peut être condamné juste parce qu'il n'a pas informé sa partenaire»
jeudi 1er Juillet 2010 nous avons eu une perquisition au siège de l'Association SIDAVENTURE, celà nous prouve bien qu'avec le remède de Madagascar nous sommes dans la bonne direction et que certains groupes ont peur !!! C'est le retour des Nazis en France ?
La circoncision, crime contre l’humanité…! Faire souffrir, et moins jouir, et durablement, telle est la principale « justification » des circoncisions masculines et féminines prônées par diverses religions (dont des chrétiennes, voire des catholiques) et des associations de lutte contre le SIDA.
L’association caritative de lutte contre le sida AIDES est dans le pétrin, les directeurs n’ont pas hésité à arrondir et gonfler leurs salaires au fils des mois, et que certains « bénévoles » perçoivent un salaire rondouillet.
Contrairement à ce que dit l'association AIDES, non le Cannabis ne soigne pas
Alors que l'association AIDES vente les vertus du Cannabis, des collégiens réalisent un documentaire pour sensibiliser, stop aux dons SIDACTION partenaire à cette association...
Sidaventure contre la corruption des firmes pharmaceutiques
Sondage
Derniers sujets
» Homme sérieux ch à partager sa vie avec une femme ayant un fort désir d'enfant
Mer 21 Juin 2017 - 7:35 par coco22

» Tu es quelque part
Mar 20 Juin 2017 - 20:45 par didilove

» ARTICLE AMOUR ET VIH // Appel à témoins
Mer 14 Juin 2017 - 15:16 par demian75

» Cherche une étoile
Dim 4 Juin 2017 - 9:51 par Victoire

» Recherche à construire relation sérieuse
Sam 3 Juin 2017 - 8:51 par boncoeur24

» amitié
Ven 12 Mai 2017 - 10:02 par Jameskakou

» pour une vie de couple a deux
Mer 3 Mai 2017 - 21:01 par bolingo

» Rencontre pour mariage
Jeu 20 Avr 2017 - 2:37 par duc

» rencontre
Sam 8 Avr 2017 - 23:35 par sophi2017

Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Forum
Forum
Forum

Partagez | 
 

 Conversation avec un toxico...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sidaventure
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1629
Age : 64
Localisation : dordogne
loisir : les séropositifs au VIH/SIDA
Points : 1637
Date d'inscription : 03/02/2005

Feuille de personnage
jeux de role:
0/0  (0/0)

04092009
MessageConversation avec un toxico...

Conversation avec un toxico...



On était en décembre je crois. J' avais 22 ou 23 ans. J' étais passé voir le "pote d' un pote" venu pour acheter un peu d' herbe. Il m' avait demandé de l' attendre, alors je m' étais assis là, un peu à l' écart, au milieu de nulle part.
Le pièce était sombre et enfumée. Deux ou trois fois on m' avait fait signe, et j' avais répondu par un hochement de tête. Je n' avais pas vraiment peur, l' endroit était calme. Quelques chuchotements, une musique lointaine. Des petits groupes de personnes remplissaient l' immense rectangle de béton, dans un mélange d' odeurs étranges. Comme je n' osais pas engager la conversation, il était venu à ma rencontre. Appelons-le Bebert
"Je suis un junkie man, et alors?! Je ne vais pas te sauter dessus ! Ma mère a moi se défonçait au Prozac, crois-moi elle aurait mieux fait de choisir l' héro!".
Il avait les yeux brouillés et la bouche pâteuse. Comme je lui avais serrer la main sans hésiter, il avait commencé a parler.
"J' ai fumé ma première clope à 12 ans!...bah pour faire le malin, comme tous les gosses du collège...".
Avoir 12 ans dans les années 80. C' était différent. "Aujourd' hui c' est plus facile de trouver de la cocaîne que du shit, et puis les mecs ne respectent plus rien! Ils vendent n' importe quoi à n' importe qui...".
La cocaïne, la drogue du jeune fils à papa américain à déborder des frontières des états-unis et de son marché saturé pour gagner l' Europe depuis les années 2000.
C' est un fait.
"J' ai fumé mon premier join vers 15 ou 16 ans. A l' époque, t' avait ceux qui picolaient en écoutant les Bérus ", ( Berruriers noirs, groupe punk français ), "et ceux qui fumaient du shit en écoutant Thiéfaine. J' ai commencé à monter à Mass" ( Masstricht, ville hollandaise où les drogues sont en vente libre )," histoire de fumer du bon matos et de le payer moins cher. J' ai dealé un peu pour mes potes. C' était cool. A l' époque on dégueulait grave sur les toxicos, On les insultait mec!
Et puis je me suis fais chopper. J' ai fais un peu de zonzon. Ma mère m' a viré. Alors j' ai zoné un peu, sans tunes. Et un soir, je suis tombé en face d' un type qui se préparait un shoot ( héroïne en intraveineuse ), je l' ai regarder partir. Quand il est revenu à lui, j' ai tendu mon bras. Voilà, comment je suis tombé dans l' héro. Comme un con...
Bon avant ça j' ai essayé pas mal de truc, du lsd à l' extasy. Pendant les années 90, début des raves party, c' était facile. Tu passais la frontière (Belgique), t' en achetais 90, t' en vendais 60 pour rentrer dans tes tunes et t' en bouffait 30 durant le week-end. Les videurs laissaient faire, tu parles, les boites de nuit étaient pleines à craquer. C' est là je me suis mis avec une meuf qui délirait pas mal aussi. On a eu un môme. Mais j' ai préféré me tirer. Tu me vois moi, en papa ! (rires).
Je suis monté sur Paname", (Paris)," j' ai rencontré des blackos qui fumaient de la C.C ( Cocaïne ), là c' était le pied. La cocaïne, quand tu la découvres, tu revis...
Mais quand t' as la gueule dans la dure, le bonheur ne dure jamais longtemps.Les mecs sont cinglés, ils se baladent avec des guns et des couteaux, et te font la peau pour une dose.
Alors j' ai bougé sur Marseille. C' est là que j' ai rencontré Maruis, et que j' ai pris mon premier fix" ( héroine, intraveineuse )." L' héro, c' est le voyage intégrale, mais tout en douceur, avec le crac, tu deviens dingue. L' héro ça t' accroche pour de bon. Y a plus rien qui compte après ça. Et puis les mecs peuvent dire ce qu' ils veulent, y en a pas beaucoup qui s' en sortent. Y a ceux qui tournent à la méta "( méthadone, produit de substitution à l' héroïne )" sponsorisé par l' état. L' ennui quand t' es dans l' héro, c' est que tout le monde te lâche. tes seuls amis, ta famille, c' est tous des toxicos.
Bien sur y a ceux qui disent qu' ils vont bientôt s' arrêter", sourire édenté, " moi j' ai laissé tombé de laissé tomber, c' est trop dur, physiquement et mentalement. Et puis, les flics ont beau dire que les drogués sont des délinquants. La vérité, c' est que dans la drogue, tu trouves le plaisir facilement. Et quel pied! Y a rien qui s' en rapproche, même pas le sexe. Un shoot d' héro, une fumée de C.C, c' est un orgasme multiplié par 1000!"
Je sens qu' on me tape sur l' épaule, c' est mon ami qui me fait signe qu' on doit partir.
Je relève la tête, une demi-heure s' est écoulée. Tout autour de moi, je vois des dizaines de Bebert assis ou allongés, attendant leur tour, sans réactions. Je fais un signe de la tête, et nous quittons les lieux.
Mon ami s' excuse de m' avoir entrainé là-dedans, mais qu' il n' avait pas le choix, qu' il avait déjà filer son argent à un dealer. Je lui répond qu' il n' y a rien de grave, que j' ai simplement écouté l' histoire banale d' un type pas banal.
Petite remarque; d'après mes amis médecins, après quelques mois ou quelques années d'héro, la dépendance devient besoin physique et on ne ressent plus de plaisir,encore moins d'orgasme, juste un léger soulagement de maux physiques violents (crampes, ...)apres l'injection.

Les accros ne jouissent plus mais souffrent le martyre sans leur dose (ou substituts).
Un peu comme le jogger régulier qui doit s'arreter de courir quelques semaines apres une entorse; d'irritable, il devient aggressif, puis sent ses jambes l'entrainer et ressent des crampes musculaires et des vertiges...
Il n'y a pas de hasard dans la vie, que des coïncidences mystérieuses...
Toutes les drogues sont des produits de substitution à l'amour ou plutôt aux carences, aux dépendances affectives... L'Amour n'est ni dans l'attente, ni dans l'exigence et ni même dans l'espérance. L'Amour est Inconditionnel. Est-ce que la drogue, qu'elle soit douce ou dure, nous aime-t'-elle de manière inconditionnelle ? Non si elle demande de l'ingurgiter, de la prendre en la fumant, en l'inhalant, en l'avalant, non si elle emprisonne dans votre chateau intérieur, vous êtes la princesse de la drogue, mais vous libére-t'-elle du donjon ou vous maintient-elle enfermé en vous-même ? Si on ne veut pas se sauver vous-même, ce n'est pas la drogue qui vous sauvera.
Cette banalité n'est pas banale, il faut en être son cavalier et non son cheval, le maître et non l'esclave.
J' ai un peu hésité à publier cet article, vu qu' au final, il ne sert pas à grand chose, à part partager ce moment étrange.
Sur qu' un toxico sur le retour ne ressent plus que de la souffrance, physique et psychologique, et que l' extase des premières heures laissent vite la place à la douleur du manque.
Bebert est comme tout les toxicos je suppose, fière de ne parler que du plaisir initial qu' il a pourtant conduit au pire.

_________________
Tant qu un homme, une femme, un enfant verra son avenir voilé, pour moi, rien ne sera terminé...
Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sidaventure.asso.fr

 Sujets similaires

-
» Conversation avec mon frère décédé
» "Conversation avec Dieu" (N.D. Walsh)
» conversation avec dieu livre format pdf les 3 tomes
» Conversations avec Dieu par Neale Donald Walsh
» Films spirituels
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Conversation avec un toxico... :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Conversation avec un toxico...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'association Sidaventure :: Les coins détente :: Raconte ton histoire-
Sauter vers: