Forum de l'association Sidaventure
Sidaventure, la seule association de séropositifs qui lutte pour venir en aide aux séropositifs et lutter contre le Virus du VIH, VHC, SIDA

Forum de l'association Sidaventure

Forum de Sidaventure Séropositivité & l'iberté
Ensemble ! Positivons contre le SIDA
 
AccueilAccueil  Mais que font tMais que font t  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Mais que font toutes les associations qui touchent des Millions d'Euros pour la prévention du SIDA ? Près de 2.000 enfants naissent séropositifs chaque année
Sidaventure, est la seule Association qui pense à la santé et sécurité des séropositifs au virus du SIDA sans aucune subvention d’état et laboratoires.
Le projet du sidatorium sexuelle de Sida info service vient de recevoir l'agrément du ministère de la Santé
Sidaventure est une association qui favorise gratuitement les rencontres pour les personnes séropositives
Le SIDA avec les 100.000 patients séropositifs Français, coût à la France 1.5000.000 d'euros par mois
Des coups de bâtons pour Pierre Berger qui enfonce le SIDACTION
C'est ensemble contre le Sidaction que nous disons non aux dons pour le sidaction, il faut pas prendre les séropositifs au virus du vih et sida pour leur fond de commerce, le sida n'est pas une industrie, mais bien une maladie !!!
Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons un remède contre le VIH / SIDA basé sur neuf espèces de plantes endémiques
Suite à la perquisition que nous avons eu au siège de nôtre Association SIDAVENTURE le 1er Juillet 2010, tout prend un sens nouveau notamment au niveau de ses droits les plus strict ce qui m'oblige à porter cette affaire auprès de la commission européenne avec comme texte de référence la charte fondamentale des droits de l'homme.
«En Suède, un séropositif peut être condamné juste parce qu'il n'a pas informé sa partenaire»
jeudi 1er Juillet 2010 nous avons eu une perquisition au siège de l'Association SIDAVENTURE, celà nous prouve bien qu'avec le remède de Madagascar nous sommes dans la bonne direction et que certains groupes ont peur !!! C'est le retour des Nazis en France ?
La circoncision, crime contre l’humanité…! Faire souffrir, et moins jouir, et durablement, telle est la principale « justification » des circoncisions masculines et féminines prônées par diverses religions (dont des chrétiennes, voire des catholiques) et des associations de lutte contre le SIDA.
L’association caritative de lutte contre le sida AIDES est dans le pétrin, les directeurs n’ont pas hésité à arrondir et gonfler leurs salaires au fils des mois, et que certains « bénévoles » perçoivent un salaire rondouillet.
Contrairement à ce que dit l'association AIDES, non le Cannabis ne soigne pas
Alors que l'association AIDES vente les vertus du Cannabis, des collégiens réalisent un documentaire pour sensibiliser, stop aux dons SIDACTION partenaire à cette association...
Sidaventure contre la corruption des firmes pharmaceutiques
Sondage
Derniers sujets
» Recherche atypique.
Lun 11 Déc 2017 - 11:12 par Romain

» bsr
Ven 24 Nov 2017 - 4:26 par Nij

» UN AMOUR POUR LA VIE
Jeu 16 Nov 2017 - 17:22 par Kass

» Je cherche encore et encore
Mar 14 Nov 2017 - 8:03 par Kass

» A coeur ouvert
Lun 6 Nov 2017 - 12:22 par demian75

» Besoin d'amour et d'affection
Sam 4 Nov 2017 - 8:29 par Kass

» Ensemble
Ven 13 Oct 2017 - 5:45 par Loulou

» Ruse de Big Pharma pour gonfler les profits
Mer 11 Oct 2017 - 13:07 par sidaventure

» À la recherche du bonheur
Sam 5 Aoû 2017 - 2:57 par LexusLoveseeker

Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
CalendrierCalendrier
Forum
Forum
Forum

Partagez | 
 

 Un nouveau système de pharmacovigilance ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sidaventure
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1630
Age : 65
Localisation : dordogne
loisir : les séropositifs au VIH/SIDA
Points : 1640
Date d'inscription : 03/02/2005

Feuille de personnage
jeux de role:
0/0  (0/0)

24012011
MessageUn nouveau système de pharmacovigilance ?


Un nouveau système de pharmacovigilance ?

C'est tout le système de gestion des médicaments qu'il faut revoir... Quelques pistes.

COMMENT ÇA FONCTIONNE AUJOURD'HUI :


1/ La découverte

Les labos trouvent une molécule qui leur semble intéressante. Soit.

2/ Etudes pharmacologiques a minima

Les firmes testent ensuite ce principe actif sur des animaux, puis sur des êtres humains. A ce stade, les études portent sur quelques centaines de personnes, le plus souvent sélectionnées en fonction de leur âge et de leur état de santé. Soit des personnes saines (non fumeuses, non malades, non allergiques, jeunes...), soit des malades "plutôt sains" (non fumeurs, bonne hygiène de vie, plutôt jeunes, sans autre pathologie)... Difficile de faire moins représentatif.

3/ Des dossiers d'autorisation bien légers

Les labos balancent leur dossier à l'Afssaps pour obtenir une autorisation de mise sur le marché. Le principal hic, c'est que rien ne les oblige à tout envoyer. Disons qu'une firme réalise 50 études, et que, malgré les précautions prises en amont, 45 d'entre elles se révèlent négatives (pas d'effet bénéfique ou trop d'effets secondaires). L'Afssaps ne sera informée que des 5 essais probants et les autres passeront à la trappe. Selon deux récents rapports américains, entre 6 et 43% (chiffres difficiles à obtenir, vous vous en doutez bien) des études pharmaceutiques portant sur des substances qui ont plus tard été autorisées ont été officiellement publiés, les autres étant jalousement conservées à l’abri de la lumière. On se demande bien pourquoi...

4/ Obscures décisions de l'Afssaps

L'Afssaps se décide à partir des données gentiment fournies par les labos, et d'autres, éventuellement, lorsque le médicament a déjà été autorisé dans d'autres pays. Mais c'est rare. Puis vient l'évaluation du Service Médical Rendu (SMR) et de l'Amélioration du Service Médical Rendu (ASMR), qui permettent de déterminer le taux de remboursement. C'est la phase critique pour la firme pharmaceutique, puisqu'elle déterminera son chiffre d'affaire à venir. C'est aussi le flou le plus total. Voir l'exemple du Multaq (un médicament récent déjà mis en cause aux Etats-Unis), pour lequel 9 membres de la Haute Autorité de Santé ont voté pour un "SMR important", quand 11 autres ont penché pour un "SMR modéré". Logiquement, le médicament aurait donc dû se voir attribuer un "SMR modéré", majoritaire. Et donc un remboursement à 35%. Ce qui a semble-t-il été le cas... jusqu'à ce que sorte l'avis officiel de juin 2010. Malgré des conclusions étonnamment négatives, le SMR a alors été qualifié d'"important", et le taux de remboursement établi à 65%. Comprenne qui pourra.

5/ Pharmacovigilance en toc

Une fois sur le marché, le médicament est soumis à un plan de pharmacovigilance. Il s'agit de vérifier que le médicament n'est finalement pas trop dangereux. Et, pour ce faire, les autorités sanitaires françaises (et européennes) se basent à nouveau sur les données des labos. Forcément, puisque l'Etat se dédouane totalement de ce genre de détails techniques. De temps en temps, une étude publique ou universitaire US (surtout) vient apporter un peu de grains à moudre à nos pharmacovigilants en chef. Et la plupart du temps, celles-ci sont négatives. Etonnant.

Pour vous donner une idée de l'efficacité de cette pharmacovigilance, lisez donc un résumé du scandale Vioxx, qui a fait bien plus de morts que le Mediator. Le labo savait dès 2001 que son médoc était dangereux (40 000 morts aux Etats-Unis). L'Afssaps (et les autres autorités sanitaires internationales) ont mis tellement de temps pour s'en apercevoir que le labo a décidé de lui-même de retirer ses boites des étalages... avant que le médicament ne soit finalement jugé dangereux, cinq ans après sa mise sur le marché, fin 2004 !

Après ça, il n'est pas difficile de comprendre que 35% des Français soient sceptiques vis-à-vis des médicaments. Alors, que faire ? Xavier Bertrand souhaite obliger les intervenants de l'Afssaps et des ministères à déclarer leurs conflits d'intérêts. Il propose en outre une "réforme radicale" du système de pharmacovigilance. Une radicalité un peu légère...

C'EST TOUT LE SYSTÈME QU'IL FAUT REVOIR, QUELQUES PISTES (LISTE NON EXHAUSTIVE) :


1/ Interdire purement et simplement l'intervention d'"experts" en liens avec l'industrie pharmaceutique. Se priverait-on des "meilleurs d'entre eux", comme on peut l'entendre de temps à autres ? On se priverait surtout des plus avides !

2/ Que l'Etat intervienne à tous les niveaux. Il est absolument nécessaire, par exemple, que les autorités aient accès à toutes les données des laboratoires pharmaceutiques. Voire qu'il dépêche des experts pour participer directement et activement aux études. On pourrait par exemple imaginer que les labos, avant de commencer un essai, soumettent leurs protocoles à un organisme public, qui suivra ensuite sa réalisation, étape par étape.

3/ Qu'on arrête les mises sur le marché "de complaisance" de centaines de médicaments inutiles, même qualifiés de faibles SMR (la majorité). Les médecins s'y perdent et se résignent à boire les bonnes paroles des laboratoires.

4/ Que les procédures d'attribution des SMR soient systématiquement rendues publiques.

5/ Que la pharmacovigilance soit exercée par une autre instance sanitaire que celle qui a délivré l'autorisation de mise sur le marché. Il est toujours plus facile de dire que c'est l'autre qui s'est trompé. Et qu'elle intègre des associations de défense des consommateurs.

6/ Que la pharmacovigilance prenne en compte la totalité des signaux d'alerte, y compris les alertes non institutionnelles ; par exemple les signalements venant des patients et des associations de consommateurs.

7/ Interdire les publicités pour les laboratoires pour réduire la pression des patients.

8/ Interdire les "visites médicales" des labos chez les médecins, ainsi que les cadeaux en tous genres, qui ne sont rien d'autre que des incitations à la vente.

9/ Mettre en place une formation continue des médecins.

Et, de grâce, serait-il enfin possible de mettre sur pied un organisme public chargé d'étudier les remèdes et pratiques naturelles ?! Est-il vraiment nécessaire, par exemple, de mettre en oeuvre des pratiques souvent traumatisantes (au sens médical) et coûteuses pour virer une petite verrue de rien du tout ? Alors qu'il suffit d'une simple manipulation de 5 minutes, entre le fromage et le dessert...

Et puis ensuite, il restera à faire la même chose pour les OGM, les produits cosmétiques, les produits industriels, les nanotechnologies... parmi tant d'autres domaines aux implications sanitaires plus que douteuses. Y a du boulot...

_________________
Tant qu un homme, une femme, un enfant verra son avenir voilé, pour moi, rien ne sera terminé...
Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sidaventure.asso.fr

 Sujets similaires

-
» Nouveau système éclairage Lemax en 2017 (Lorenza)
» CL nouveau né : je m'arrache les cheveux ! ... conseils ???
» un nouveau site t'entraide
» NOUVEAU DISPATCHING
» Après le Godetia, y-aura-t-il un nouveau BSL ???
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Un nouveau système de pharmacovigilance ? :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Un nouveau système de pharmacovigilance ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'association Sidaventure :: Les coins détente :: Vih-Traitements et tout ce qui concerne votre santé.-
Sauter vers: