Forum de l'association Sidaventure
Sidaventure, la seule association de séropositifs qui lutte pour venir en aide aux séropositifs et lutter contre le Virus du VIH, VHC, SIDA

Forum de l'association Sidaventure

Forum de Sidaventure Séropositivité & l'iberté
Ensemble ! Positivons contre le SIDA
 
AccueilAccueil  Mais que font tMais que font t  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Mais que font toutes les associations qui touchent des Millions d'Euros pour la prévention du SIDA ? Près de 2.000 enfants naissent séropositifs chaque année
Sidaventure, est la seule Association qui pense à la santé et sécurité des séropositifs au virus du SIDA sans aucune subvention d’état et laboratoires.
Le projet du sidatorium sexuelle de Sida info service vient de recevoir l'agrément du ministère de la Santé
Sidaventure est une association qui favorise gratuitement les rencontres pour les personnes séropositives
Le SIDA avec les 100.000 patients séropositifs Français, coût à la France 1.5000.000 d'euros par mois
Des coups de bâtons pour Pierre Berger qui enfonce le SIDACTION
C'est ensemble contre le Sidaction que nous disons non aux dons pour le sidaction, il faut pas prendre les séropositifs au virus du vih et sida pour leur fond de commerce, le sida n'est pas une industrie, mais bien une maladie !!!
Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons un remède contre le VIH / SIDA basé sur neuf espèces de plantes endémiques
Suite à la perquisition que nous avons eu au siège de nôtre Association SIDAVENTURE le 1er Juillet 2010, tout prend un sens nouveau notamment au niveau de ses droits les plus strict ce qui m'oblige à porter cette affaire auprès de la commission européenne avec comme texte de référence la charte fondamentale des droits de l'homme.
«En Suède, un séropositif peut être condamné juste parce qu'il n'a pas informé sa partenaire»
jeudi 1er Juillet 2010 nous avons eu une perquisition au siège de l'Association SIDAVENTURE, celà nous prouve bien qu'avec le remède de Madagascar nous sommes dans la bonne direction et que certains groupes ont peur !!! C'est le retour des Nazis en France ?
La circoncision, crime contre l’humanité…! Faire souffrir, et moins jouir, et durablement, telle est la principale « justification » des circoncisions masculines et féminines prônées par diverses religions (dont des chrétiennes, voire des catholiques) et des associations de lutte contre le SIDA.
L’association caritative de lutte contre le sida AIDES est dans le pétrin, les directeurs n’ont pas hésité à arrondir et gonfler leurs salaires au fils des mois, et que certains « bénévoles » perçoivent un salaire rondouillet.
Contrairement à ce que dit l'association AIDES, non le Cannabis ne soigne pas
Alors que l'association AIDES vente les vertus du Cannabis, des collégiens réalisent un documentaire pour sensibiliser, stop aux dons SIDACTION partenaire à cette association...
Sidaventure contre la corruption des firmes pharmaceutiques
Sondage
Derniers sujets
» À la recherche du bonheur
Sam 5 Aoû 2017 - 2:57 par LexusLoveseeker

» recherche âme soeur!!
Ven 28 Juil 2017 - 15:09 par veuxserieux

» Relation stable, sincère et durable
Mer 26 Juil 2017 - 15:12 par Loulou

» rencontre
Mar 11 Juil 2017 - 10:03 par jacquelineondoa

» Homme sérieux ch à partager sa vie avec une femme ayant un fort désir d'enfant
Mer 21 Juin 2017 - 7:35 par coco22

» Tu es quelque part
Mar 20 Juin 2017 - 20:45 par didilove

» ARTICLE AMOUR ET VIH // Appel à témoins
Mer 14 Juin 2017 - 15:16 par demian75

» Cherche une étoile
Dim 4 Juin 2017 - 9:51 par Victoire

» Recherche à construire relation sérieuse
Sam 3 Juin 2017 - 8:51 par boncoeur24

Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
CalendrierCalendrier
Forum
Forum
Forum

Partagez | 
 

 Stigmatisation et discrimination : Des séropositifs racontent leur quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sidaventure
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1629
Age : 64
Localisation : dordogne
loisir : les séropositifs au VIH/SIDA
Points : 1637
Date d'inscription : 03/02/2005

Feuille de personnage
jeux de role:
0/0  (0/0)

25052011
MessageStigmatisation et discrimination : Des séropositifs racontent leur quotidien

Stigmatisation et discrimination : Des séropositifs racontent leur quotidien


Il est rare de voir un Sénégalais vivant avec le Vih parler à visage découvert. Les personnes porteuses de cette maladie ont bien raison, parce qu’elles peuvent souffrir de toute sorte d’humiliation, fruit de la stigmatisation et de la discrimination, aussi bien dans l’espace familial que dans les structures de santé. Leur insertion socioprofessionnelle est, jusqu’ici, une équation sans solution. Quelques victimes de l’ostracisme livrent des confessions pathétiques.
La caméra tourne. Mais Nogaye (nom d’emprunt) veille à ne pas être filmée. Active dans les associations de Personnes vivant avec le Vih (PvVih) depuis plusieurs années, elle ne souhaite pas, pour autant, que son statut sérologique soit connu du grand public. Elle demande ainsi au caméraman de ne pas la prendre en compte dans sa prise de vue. D’ailleurs, pour en être certaine et éviter toute éventuelle erreur de tournage, elle tourne complètement le dos à la caméra. «C’est mieux ainsi, car je ne suis pas prête à affronter cette épreuve consistant à lever la confidentialité sur mon statut sérologique», lance-t-elle. Oui ! Il s’agit bien d’épreuves, si l’on se fie aux confidences de Personnes vivant avec le Vih (PvVih). Ces dernières ont bien voulu partager certaines expériences de stigmatisation et de discrimination liées au Vih/Sida.

Ibahima Goudiaby, en bon pionnier des rares séropositifs qui ont fait le saut de passer de l’anonymat à la visibilité, est le premier à se lancer. Il se souvient, dans les détails, des moments qui ont suivi la levée du secret sur son statut sérologique. «Le voilà ! Le voilà !», s’exclamait-on dans les rues, au passage de ce séropositif qui a décidé de révéler aux Sénégalais qu’il vit avec le Vih. Nous sommes le 1er décembre 1999. Jour de célébration de la journée mondiale de lutte contre le Sida. M. Goudiaby choisit de dévoiler publiquement sa maladie. «Quand je suis apparu à la télévision, le lendemain, c’est comme si une haute personnalité comme le président Diouf passait», se souvient cette Personne vivant avec le Vih (PvVih) dont le calvaire a réellement commencé quand il a levé la confidentialité sur sa maladie.

Exclusion alimentaire

Qu’il s’agisse de sa famille, de son entourage, des structures sanitaires, que de couleuvres avalées avant d’en arriver, aujourd’hui, à arpenter les rues et ruelles, à prendre part aux plus importantes rencontres sur la riposte contre la pandémie du Sida, sans avoir peur d’être dévisagé, d’être foudroyé du regard. En effet, depuis ce fameux jour, sa vie a emprunté une trajectoire empreinte d’humiliation. «Ma sœur m’a dit que j’ai déshonoré la famille», confie-t-il. Ainsi, leurs relations ont-elles été rompues de 1999 à 2010. Pis, quand il est rentré chez lui le soir, son logeur lui a signifié de quitter sa maison. «Il m’a dit qu’il devait repeindre sa maison. Car, il pensait que j’allais contaminer toute sa famille», témoigne le président du Réseau national des associations de Personnes vivant avec le Vih (Rnp+) qui a aussitôt arrêté d’aller prier à la mosquée. «Quand les personnes ont su que j’étais infecté, personne ne voulait se mettre à côté de moi à la mosquée. Ils laissaient toujours un grand écart entre eux et moi. Finalement, je me suis dit que cela ne vaut plus la peine d’aller prier à la mosquée», se remémore avec amertume M. Goudiaby qui signale, au passage que, quand il a levé le voile sur son statut sérologique, ses enfants revenaient toujours de l’école en pleurs, parce qu’on leur disait que leur papa a le Sida.

Dans le même sillage, note A.M. Dia, «depuis que j’ai pris la responsabilité d’aller vers la visibilité pour montrer la réalité du Vih/Sida, je suis dans une situation difficile. Car, ceux qui ont besoin de moi ne viennent maintenant me rendre visite que la nuit». Selon une autre PvVih, la stigmatisation peut même émaner de leaders d’opinion comme les religieux.

«Une fois, on est allé rencontrer un imam pour le sensibiliser sur le Vih. Mais, il doutait même de notre séropositivité, parce qu’il croit que celui qui vit avec le Vih est malade, squelettique. Le Vih n’est pas le Sida», tranche notre interlocuteur, habitant la région de Kaolack. Un autre séropositif en provenance de Ziguinchor déplore que certains n’accordent pas de crédit à leur statut sérologie. Parce que dans l’entendement populaire, une PvVih est décharnée. De ce fait, plusieurs interlocuteurs voient dans leur plaidoyer des actions purement mercantiles. «C’est difficile, car le Sida est souvent assimilé à l’argent», regrette-t-il.

Pour Doudou (nom d’emprunt), si les séropositifs continuent à se cacher, c’est parce que le Vih/Sida n’est pas bien connu des populations.

Etayant son propos, il donne l’exemple d’une dame qui, en décidant de révéler son statut sérologique à sa maman, a été isolée dans sa propre famille. «Très mal à l’aise, elle a menacé de se suicider», témoigne notre interlocuteur qui est allé voir la mère de la fille pour lui avouer qu’il a aussi contracté le Vih. «Finalement, elle a reconnu qu’elle était dans l’ignorance et a aussitôt repris le contact avec sa fille», se réjouit Doudou.

Personnes non infectées d’abord, les séropositifs après

Une histoire à peu près similaire a été vécue par une autre dame séropositive qui, pour fuir la stigmatisation et l’exclusion alimentaire dont elle est l’objet dans sa famille, a voulu rester à l’hôpital. «Je crains de mourir de faim dans ma famille», a-t-elle confié au séropositif A. M. Dia rapportant ses propos.

Outre la stigmatisation, les PvVih sont souvent l’objet de discrimination, notamment en milieux hospitalier et professionnel. De l’avis d’Ismaïla Goudiaby, «dans les structures sanitaires, on soignait d’abord les personnes non infectées avant de s’occuper des séropositifs. Des fiches de différentes couleurs étaient distribuées pour identifier les séropositifs. Mais, nous avons lutté pour que cesse cette forme de discrimination». Aussi, M. Goudiaby rapporte-t-il le cas d’une PvVih accidentée et transférée dans un hôpital. «Quand cet individu a dit qu’il vit avec le Vih, le personnel médical a fui. J’ai dû appeler le ministre de la Santé de l’époque pour qu’on le prenne en charge», confie le président du Réseau national des associations de Personnes vivant avec le Vih.

Renvoi, exclusion

Nogaye, elle, aura toujours en mémoire son dernier accouchement en 2009. Son médecin traitant n’étant pas sur place, elle a valsé d’une structure sanitaire à une autre avant de mettre au monde son enfant. «Arrivée dans la structure de santé où j’étais suivie, la sage-femme de garde qui a consulté mon carnet de santé, m’a renvoyée. Elle m’a signifié que j’avais besoin d’un suivi particulier et que je ne pouvais pas accoucher là où elle officie. Pour mettre un terme à la discussion, elle a déclaré qu’il n y avait plus de place», soutient cette dame qui n’a dû son salut qu’à une de ses cousines très influente et s’activant dans les réseaux des droits humains. «Quand je l’ai appelée, elle a rappliqué aussitôt. Sur place, elle s’est disputée avec la sage-femme de garde qui a finalement accepté de me recevoir. Mais on ne m’a pas donné de lit. Dans la salle d’hospitalisation, j’étais couchée par terre», se souvient Nogaye. Et de révéler que le travail a été long avant la délivrance. C’est pourquoi, son bébé est né en absorbant une importante quantité de liquide amniotique. «Heureusement, mon enfant en est sorti indemne», se réjouit notre interlocutrice qui signale que beaucoup de femmes membres de son association sont confrontées à ces difficultés dans les structures sanitaires. «Même si elles viennent les premières, on les consulte en dernière position, parce qu’elles sont séropositives», regrette-t-elle.

La discrimination des PvVih a également pignon sur rue en milieu professionnel où, pour éviter l’humiliation, certains travailleurs séropositifs préfèrent simplement partir. Et s’ils choisissent de continuer à exercer leur métier, ils ne bénéficient ni d’avancement, ni de formation. C’est d’ailleurs le cas d’Ismaïla Goudiaby qui informe qu’il a été écarté des programmes de formation. «Cela décourage !», lance-t-il. Seulement, il se plaît à souligner les avancées notées, aujourd’hui, dans la lutte contre le Vih/Sida en milieu de travail. «Au niveau de beaucoup d’entreprises, il y a maintenant des cellules de lutte», indique M. Goudiaby.

_________________
Tant qu un homme, une femme, un enfant verra son avenir voilé, pour moi, rien ne sera terminé...
Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sidaventure.asso.fr

 Sujets similaires

-
» A quel âge vos bibous ont eu leur première dent?
» Les apiculteurs parlent des OGM de leur problèmes face a l'envahisseur...
» comment leur expliquer qu'un bebe va arriver (cherche livre)
» les filles qui quittent leur cpe !
» une discrimination de trop...
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Stigmatisation et discrimination : Des séropositifs racontent leur quotidien :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Stigmatisation et discrimination : Des séropositifs racontent leur quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'association Sidaventure :: Les coins détente :: Raconte ton histoire-
Sauter vers: