Forum de l'association Sidaventure
Sidaventure, la seule association de séropositifs qui lutte pour venir en aide aux séropositifs et lutter contre le Virus du VIH, VHC, SIDA

Forum de l'association Sidaventure

Forum de Sidaventure Séropositivité & l'iberté
Ensemble ! Positivons contre le SIDA
 
AccueilAccueil  Mais que font tMais que font t  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Mais que font toutes les associations qui touchent des Millions d'Euros pour la prévention du SIDA ? Près de 2.000 enfants naissent séropositifs chaque année
Sidaventure, est la seule Association qui pense à la santé et sécurité des séropositifs au virus du SIDA sans aucune subvention d’état et laboratoires.
Le projet du sidatorium sexuelle de Sida info service vient de recevoir l'agrément du ministère de la Santé
Sidaventure est une association qui favorise gratuitement les rencontres pour les personnes séropositives
Le SIDA avec les 100.000 patients séropositifs Français, coût à la France 1.5000.000 d'euros par mois
Des coups de bâtons pour Pierre Berger qui enfonce le SIDACTION
C'est ensemble contre le Sidaction que nous disons non aux dons pour le sidaction, il faut pas prendre les séropositifs au virus du vih et sida pour leur fond de commerce, le sida n'est pas une industrie, mais bien une maladie !!!
Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons un remède contre le VIH / SIDA basé sur neuf espèces de plantes endémiques
Suite à la perquisition que nous avons eu au siège de nôtre Association SIDAVENTURE le 1er Juillet 2010, tout prend un sens nouveau notamment au niveau de ses droits les plus strict ce qui m'oblige à porter cette affaire auprès de la commission européenne avec comme texte de référence la charte fondamentale des droits de l'homme.
«En Suède, un séropositif peut être condamné juste parce qu'il n'a pas informé sa partenaire»
jeudi 1er Juillet 2010 nous avons eu une perquisition au siège de l'Association SIDAVENTURE, celà nous prouve bien qu'avec le remède de Madagascar nous sommes dans la bonne direction et que certains groupes ont peur !!! C'est le retour des Nazis en France ?
La circoncision, crime contre l’humanité…! Faire souffrir, et moins jouir, et durablement, telle est la principale « justification » des circoncisions masculines et féminines prônées par diverses religions (dont des chrétiennes, voire des catholiques) et des associations de lutte contre le SIDA.
L’association caritative de lutte contre le sida AIDES est dans le pétrin, les directeurs n’ont pas hésité à arrondir et gonfler leurs salaires au fils des mois, et que certains « bénévoles » perçoivent un salaire rondouillet.
Contrairement à ce que dit l'association AIDES, non le Cannabis ne soigne pas
Alors que l'association AIDES vente les vertus du Cannabis, des collégiens réalisent un documentaire pour sensibiliser, stop aux dons SIDACTION partenaire à cette association...
Sidaventure contre la corruption des firmes pharmaceutiques
Sondage
Derniers sujets
» H 52 ans cherche une compagne
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Icon_minitimeSam 25 Mai 2019 - 17:38 par olivier59

» Relation sérieuse
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Icon_minitimeDim 24 Mar 2019 - 16:00 par Divinea

»  Pakistan : Mariage Traditionnel et cas de Sida ignorés ... ?... LES FEMMES ET LEURS ENFANTS EN DANGERS
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Icon_minitimeJeu 21 Mar 2019 - 1:50 par sevro40

» Cherche sero indétectable pour vie à deux
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Icon_minitimeJeu 21 Mar 2019 - 1:23 par sevro40

» sidaction line renaud piere berger et compagnies
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Icon_minitimeMer 26 Sep 2018 - 15:50 par agnes3

» Cherche femme pour fonder un foyer
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Icon_minitimeVen 14 Sep 2018 - 2:53 par Clemcentral

» homme de 27 ans Nantes cherche femme
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2018 - 22:09 par Booba Ousmane Camara

» Recherche homme dispo
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Icon_minitimeLun 13 Aoû 2018 - 23:13 par Sylvainn

» Traitement
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Icon_minitimeVen 3 Aoû 2018 - 22:01 par sidaventure

Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Juin 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Forum
Forum
Forum

Partagez
 

 Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée

Aller en bas 
AuteurMessage
sidaventure
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
sidaventure

Nombre de messages : 1631
Age : 66
Localisation : dordogne
loisir : les séropositifs au VIH/SIDA
Points : 1641
Date d'inscription : 03/02/2005

Feuille de personnage
jeux de role:
Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Left_bar_bleue0/0Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Empty_bar_bleue  (0/0)

Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée Empty
11112012
MessagePourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée

Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée

L’expérimentation de salles d’injection à moindre risque fait débat. Si le ministre de la Santé s’est déclaré clairement favorable à un tel projet, certains mettent fortement en doute les avantages théoriques d’une telle structure. En outre, au-delà même des risques inhérents à un tel dispositif, le professeur Jean Costentin en déplore le caractère contre-productif dans une France qui a beaucoup œuvré pour la prise en charge « en amont » des toxicomanes.
Ceux qui requièrent "l'expérimentation" de salles d'injections de drogues aux toxicomanes, médicalement assistées, avancent trois justifications: éliminer de la rue le triste spectacle de toxicomanes s'injectant leur drogue ; réduire les risques d’overdoses ainsi que de contamination par les virus du SIDA ou des hépatites, entrer en contact avec certains toxicomanes pour les convaincre de s'engager dans un processus de soins. Nous répondons ici à ces arguments, en montrant leurs faiblesses et faux semblants, en rappelant les dispositifs disponibles en France, et en montrant que la « réduction des risques » qui est escomptée en comporterait divers autres, encore plus graves que ceux qu'ils prétendent combattre.

Expérimentations ? Une notion si peu française…

Notons tout d’abord que notre pays n’a pas la culture de l’expérimentation ; le char de l’Etat français ne semble pas doté de marche arrière ; dès lors, la notion d’expérimentation est un subterfuge pour l’institutionnalisation de ces salles de shoots.
La réduction des risques encourus par les toxicomanes est une préoccupation à laquelle nous adhérons. Néanmoins, les plus grands des risques résident dans l’accroissement du nombre des toxicomanes, que ne manquerait pas de produire une image quasi légalisée de la drogue avec l’installation d’un confort accru pour celui qui s’y adonne et dans un ancrage des toxicomanes dans leurs addictions.

Déshabiller Pierre pour habiller Paul…

L’ouverture de ces salles de shoots cumulerait plusieurs aberrations :
- l’Etat contribuerait ainsi à dédramatiser le phénomène toxicomaniaque ;
- l’Etat organiserait la désobéissance à la loi, en finançant à l’intérieur de ces salles de shoots, ce qu’il interdit à l’extérieur (à moins de légaliser toutes les drogues, ce qui est d’ailleurs une revendication d’un certain nombre de ceux qui militent pour ces salles de shoots) ;
- l’Etat devrait divertir (dans un contexte économique difficile) des fonds qui seraient inévitablement pris sur les structures prenant en charge, en amont, les toxicomanes, alors que ces structures déclarent manquer de moyens et que les indispensables actions de prévention des toxicomanies ne sont même pas financées.

Les mauvais exemples étrangers

Cette « expérimentation » veut reproduire ce qui se fait dans quelques autres pays. On s’étonnera que depuis le temps qu’y fonctionnent ces salles de shoots, elles en soient restées au stade expérimental, quand elles n’ont pas été fermées. Ce que recommande d’ailleurs l’OICD (office international de contrôle des drogues)…
Soulignons que ces pays n’ont pas mis en place tout ce que la France a organisé en amont de ces salles de shoots :
- des structures hospitalières,
- des cliniques spécialisées,
- des associations d’accueil et de traitement des toxicomanes, - - la dispensation libre de seringues,
- l’échange de seringues neuves contre les seringues utilisées, - - les stéribox,
- dans certains centres le don de seringues,
- les CAARUD (centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour les usagers de drogues),
- les CSAPA (centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie),
- les centres d’accueil des toxicomanes (fixes ou ambulants), - - sans oublier les programmes méthadone, ou buprénorphine à haut dosage (Subutex®), dont il faut révéler qu’une part très importante (probablement autour d’un tiers) de ce « Subu », d’un coût élevé, est scandaleusement détournée, servant alors de porte d’entrée à de jeunes toxicophiles dans l’addiction aux opiacés, faisant aussi l’objet d’injections intraveineuses, assurant par la revente, opérée par celui à qui il a été prescrit, les moyens d’acheter « son » héroïne pour constater enfin que ce « Subu » n’est presque jamais administré à doses dégressives, pour atteindre l’abstinence.

Quid de la responsabilité des médecins ?

Comment des médecins, engagés par le serment d’Hippocrate à ne pas mettre leur savoir au service de la corruption des mœurs, pourraient concourir à l’administration des toxiques qui sont la cause de la maladie grave des toxicomanes ? L’empathie due au toxicomane, ne doit pas virer à la collusion. Comment pourraient-ils devenir complices de l’administration de ces « drogues de la rue » amenées par les toxicomanes, alors qu’ils savent que ces drogues sont très adultérées par des coupages opérés en série, avec des substances souvent impures et parfois toxiques. Comment pourraient-ils admettre l’injection de solutions non stériles ? Très vite surgirait l’idée de la vente sur place d’une héroïne irréprochable (« médicale »). Comment les toxicomanes se l’achèteraient, puisque ce ne serait plus de leurs coupages de la drogue qu’ils retireraient leur quote-part… Viendrait alors, évidemment, le moment de leur offrir. Ainsi serait satisfaite la revendication ultime des toxicomanes ; « leur » drogue servie gratuitement, ad voluntatis, administrée dans des conditions confortables et de complète sécurité.
A qui incomberait la responsabilité des exactions que pourrait commettre, ou des accidents que pourrait provoquer le toxicomane sous l’empire de la drogue qui vient de lui être injectée dans une salle de shoot ? Au médecin (grandeur et servitude !).

Des bénéfices théoriques… qui ne se constateraient pas en pratique

Quelles doses d’héroïne ? Combien de fois par jour ? Des limites ont été fixées dans certains centres étrangers (6 fois par jour à Genève). Néanmoins, il a été mis en évidence, dans le sang de certains « clients » de ces centres, la présence de l’héroïne de la rue (que l’on sait distinguer par certaines analyses). Ainsi s’annihilent à l’extérieur les précautions mises en œuvre à l’intérieur…
Des particuliers et, avec eux, des édiles municipaux s’irritent que dans leur(s) rue(s), des toxicomanes s’injectent des drogues, puis laissent traîner leurs seringues… Ils attendent de ces salles de shoots, l’amélioration de l’ambiance, sans imaginer la concentration de la population toxicomane à l’entour de ces salles, leurs va et vient et le négoce opéré par les dealers. Voyant l’enthousiasme des riverains à accueillir la construction d’une prison, pourtant bien close, dans leur quartier, surgit la question : qui voudrait une salle de shoots dans le sien ?

Pas de réel d'impact sur la transmission virale ni de prévention des surdoses

La prévention de la contamination par les virus du SIDA ou de l’hépatite, se pose surtout chez le jeune toxicomane, qui ne devrait pas être le client de ces salles, (à moins d’en faire les centres d’apprentissage de la toxicomanie par injection). Les toxicomanes concernés, ayant un long passé de toxicomanie soit sont déjà contaminés par ces virus, soit ont depuis l’origine de leur errance respecté une prophylaxie adaptée.
La prévention des surdoses ne serait pas assurée, faute de pouvoir déterminer extemporanément le degré de coupage du produit amené. L’héroïne qui sera injectée sera-t-elle coupée au 4/5, (ce qui n’est pas exceptionnel), ou sera-t-elle pure ? Nous avons présent à l’esprit la mort d’un individu provoquée par la prescription de méthadone, après avoir fait croire à son médecin qu’il était un héroïnomane en proie aux troubles de l’abstinence.
Ces salles de shoots devraient être aussi lourdement équipées que des services d’accueil des urgences hospitalières ; elles devraient fonctionner 24 h/24, car il n’y a pas de répits nocturnes aux toxicomanies.

Ne pas saper le travail réalisé en France

La France a fait beaucoup plus que d’autres pays n’ont fait en amont de leurs « salles de shoots » ; elle est plus que d’autres pays confrontée au péril toxicomaniaque, rien ne devrait être fait qui contribue à dédramatiser l’image de la drogue. Nous devrions beaucoup mieux évaluer, beaucoup mieux encadrer, beaucoup mieux contrôler le fonctionnement de toutes les structures déjà mises en place, afin d’améliorer, le cas échéant, leur fonctionnement. Fort de l’interdit des drogues, tout toxicomane pris en flagrant délit de deal ou d’injection doit être confié à un centre assurant sa prise en charge pour la mise en œuvre d’un sevrage médicalement assisté, sans oublier dans ce dispositif l’efficacité des sevrages « secs », en dépit de leur caractère rigoureux.
On est très troublé que certains addictologues, que l’on n’entend jamais dans des actions de prévention des toxicomanies auprès de la jeunesse, se fassent tonitruants pour requérir la dépénalisation du cannabis et véhéments pour obtenir l’ouverture de ces salles de shoots. Cette attitude (stratégie ?), si elle est de nature à accroître leur patientèle et à décupler l’importance de leur spécialité, ne saurait résoudre les problèmes des toxicomanes…

Plus qu’une fausse bonne idée, les salles de shoots seraient, dans le dispositif français de prise en charge des toxicomanies, une vraie mauvaise idée !

_________________
Tant qu un homme, une femme, un enfant verra son avenir voilé, pour moi, rien ne sera terminé...
Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sidaventure.asso.fr
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Pourquoi les « salles de shoots » pour les toxicomanes sont une vraie mauvaise idée

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'association Sidaventure :: L'oubli, l'inconscience et l'ignorance de cette maladie ! :: Sidaventure-journalisme-en-résistance-
Sauter vers: