Forum de l'association Sidaventure
Sidaventure, la seule association de séropositifs qui lutte pour venir en aide aux séropositifs et lutter contre le Virus du VIH, VHC, SIDA

Forum de l'association Sidaventure

Forum de Sidaventure Séropositivité & l'iberté
Ensemble ! Positivons contre le SIDA
 
AccueilAccueil  Mais que font tMais que font t  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Mais que font toutes les associations qui touchent des Millions d'Euros pour la prévention du SIDA ? Près de 2.000 enfants naissent séropositifs chaque année
Sidaventure, est la seule Association qui pense à la santé et sécurité des séropositifs au virus du SIDA sans aucune subvention d’état et laboratoires.
Le projet du sidatorium sexuelle de Sida info service vient de recevoir l'agrément du ministère de la Santé
Sidaventure est une association qui favorise gratuitement les rencontres pour les personnes séropositives
Le SIDA avec les 100.000 patients séropositifs Français, coût à la France 1.5000.000 d'euros par mois
Des coups de bâtons pour Pierre Berger qui enfonce le SIDACTION
C'est ensemble contre le Sidaction que nous disons non aux dons pour le sidaction, il faut pas prendre les séropositifs au virus du vih et sida pour leur fond de commerce, le sida n'est pas une industrie, mais bien une maladie !!!
Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons un remède contre le VIH / SIDA basé sur neuf espèces de plantes endémiques
Suite à la perquisition que nous avons eu au siège de nôtre Association SIDAVENTURE le 1er Juillet 2010, tout prend un sens nouveau notamment au niveau de ses droits les plus strict ce qui m'oblige à porter cette affaire auprès de la commission européenne avec comme texte de référence la charte fondamentale des droits de l'homme.
«En Suède, un séropositif peut être condamné juste parce qu'il n'a pas informé sa partenaire»
jeudi 1er Juillet 2010 nous avons eu une perquisition au siège de l'Association SIDAVENTURE, celà nous prouve bien qu'avec le remède de Madagascar nous sommes dans la bonne direction et que certains groupes ont peur !!! C'est le retour des Nazis en France ?
La circoncision, crime contre l’humanité…! Faire souffrir, et moins jouir, et durablement, telle est la principale « justification » des circoncisions masculines et féminines prônées par diverses religions (dont des chrétiennes, voire des catholiques) et des associations de lutte contre le SIDA.
L’association caritative de lutte contre le sida AIDES est dans le pétrin, les directeurs n’ont pas hésité à arrondir et gonfler leurs salaires au fils des mois, et que certains « bénévoles » perçoivent un salaire rondouillet.
Contrairement à ce que dit l'association AIDES, non le Cannabis ne soigne pas
Alors que l'association AIDES vente les vertus du Cannabis, des collégiens réalisent un documentaire pour sensibiliser, stop aux dons SIDACTION partenaire à cette association...
Sidaventure contre la corruption des firmes pharmaceutiques
Sondage
Derniers sujets
» H 52 ans cherche une compagne
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Icon_minitimeVen 16 Aoû 2019 - 14:33 par olivier59

» cherche mecs sur le 37
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Icon_minitimeMer 10 Juil 2019 - 11:42 par lionel37

» Bonjour toi homme de ma vie...
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Icon_minitimeDim 7 Juil 2019 - 19:19 par Suisero

» H 52 ans cherche une compagne
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Icon_minitimeSam 25 Mai 2019 - 17:38 par olivier59

» Relation sérieuse
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Icon_minitimeDim 24 Mar 2019 - 16:00 par Divinea

»  Pakistan : Mariage Traditionnel et cas de Sida ignorés ... ?... LES FEMMES ET LEURS ENFANTS EN DANGERS
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Icon_minitimeJeu 21 Mar 2019 - 1:50 par sevro40

» Cherche sero indétectable pour vie à deux
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Icon_minitimeJeu 21 Mar 2019 - 1:23 par sevro40

» sidaction line renaud piere berger et compagnies
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Icon_minitimeMer 26 Sep 2018 - 15:50 par agnes3

» Cherche femme pour fonder un foyer
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Icon_minitimeVen 14 Sep 2018 - 2:53 par Clemcentral

Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Août 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
Forum
Forum
Forum

Partagez
 

 Avec Frigide tous virent au fascisme blanc...

Aller en bas 
AuteurMessage
sidaventure
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
sidaventure

Nombre de messages : 1631
Age : 66
Localisation : dordogne
loisir : les séropositifs au VIH/SIDA
Points : 1641
Date d'inscription : 03/02/2005

Feuille de personnage
jeux de role:
Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Left_bar_bleue0/0Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Empty_bar_bleue  (0/0)

Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Empty
26052013
MessageAvec Frigide tous virent au fascisme blanc...

Avec Frigide tous virent au fascisme blanc...

Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... Barjot10

On pouvait certes préférer une union civile ouverte à l’ensemble des personnes désireuses de vivre sous un régime de type familial (ou communautaire) légal au mariage pour tous. Lesbiennes et gays, du moins leurs minorités agissantes ou militantes, ainsi ces minorités que sont les élus et représentants formels des populations, ont préféré sauvegarder les diverses symbolisations du mariage et de la famille dite nucléaire. Une union civile de type n’était certes pas la revendication de la Manif pour tous, mais ce mouvement moribond a été éclipsé par de celui du Printemps français dont les visées outrepassent largement la revendication d’une union civile réservée aux seuls couples hétérosexuels. Avec l’attaque en règle contre les études de genre, il s’agit à présent de concourir à la fascisation des esprits. Aussi de propager le fantasme d’un fascisme arc-en-ciel.

Un suicidé vénéré tel un martyr, une divorcée, Béatrice Bourge, à la tête du Printemps français, le catholicisme romain a bon dos. Il n’est pas question ici de diaboliser Béatrice Bourge ou celles et ceux qui l’entourent en leur imputant de vouloir au plus vite instaurer un régime à la Mussolini, Franco, Salazar, Pinochet, ni même d’en rêver intérieurement. Mais, avec l’attaque en règle contre les études de genre, l’objectif est d’accoutumer les esprits à une vision fascisante de contrôle de la pensée et de l’évolution de la société civile.
En ce sens, il s’agit d’un autoritarisme qui ne vise pas à instaurer un parti unique autoritaire « nationaliste » (ou européen) ni ne se nourrit d’idéologie belliciste, même si certains de ses tenants laissent parfois fortement penser qu’ils souhaitent un pouvoir fort et la totale marginalisation d’une immigration extra-occidentale de nature halogène estimée inassimilable.

Les fondamentaux de ce mouvement sont le créationnisme, en tant que réalité ou mythe unificateur, et la famille traditionnelle, nucléaire, hétérosexuelle, en tant que socle idéalisé, modèle intangible, souffrant néanmoins d’accommodements pratiques.
On ne sait combien de militantes ou farouches partisans du Printemps français sont encore persuadés que l’univers tel qu’il fut conçu naguère (pas celui de la terre plate, mais d’un univers restreint à un seul système solaire, modèle que les plus récentes observations tendent à réexaminer) est encore « universel ». On ne sait pas non plus combien sont issus de familles recomposées, monoparentales, vivant ou non maritalement (sous le régime du mariage, du Pacs ou de l’union libre), mais ce n’est guère important : une ou un bâtard soutien du Printemps français scandera tout aussi haut qu’un ou une autre « un papa, une maman ».

Cela ressort d’une vision magique, soutenue par les religions du Livre, selon laquelle il n’y aurait eu qu’un Adam et qu’une Ève, dont il est ignoré s’ils avaient jugé bon de se marier, et non pas de multiples couples, des enfants de conquérants ou d’esclaves, &c. Ou d’enfants issus des redoutés mariages mixtes, entre plébéiennes et patriciens, que Tite-Live conspuait car ils allaient « vulgariser des sortes d’accouplements, comme chez les bêtes, entre nobles et plébéiens. De sorte que qui en naîtra ne saura plus à quel sang, à quel culte il appartient ; moitié noble, moitié plébéien, il ne sera pas même d’accord avec lui-même ».

Bref, il faut faire comme si l’évolution darwinienne n’avait aucun fondement, et à présent, faute de pouvoir défendre, tel le Tea Party américain, le créationnisme, ce qui s’est vérifié peu électoralement payant, s’en prendre aux études de genre émergeantes.
Fort peu s’y intéressent vraiment en fait… La plupart – comme dans le reste de la population – n’y voient qu’une expression figée. Encore moins nombreux sont celles et ceux tentant sereinement, armés de leur libre arbitre, de s’y confronter.

Dans Le Monde, Delphine Roucaute résume : « un pan des sciences humaines affirmant que l’identité sexuelle n’est pas déterminée uniquement par le sexe biologique ». Cela n’implique aucunement que le sexe biologique n’ait aucune influence, ni que laisser une certaine de liberté à l’enfant, à l’adolescente, au jeune adulte, pour se déterminer (temporairement, réversiblement, durablement), induise mécaniquement une répartition minoritaire, majoritaire, dominante, marginale, des choix.

Rien n’y fait : au mépris des évidences, il s’agit de faire perdurer l’idée que toute femme ressent un désir d’enfant, que tout homme veut assurer sa descendance. Il ne faut surtout pas tenter de constater qui, issu d’un père ou d’une mère homosexuel·le (s’affichant ou non ouvertement, vivant ou non en couple marié, non marié ou pacsé ou autrement), optera ou non pour une forme d’hétérosexualité, d’homosexualité, d’asexualité, de bisexualité, &c. « Cachez ce sein que je ne saurai voir », si ce n’est comprimez-le, procédez à son ablation.

Il est particulièrement stupide de présenter les études de genre tel un fruit défendu : à ce train, de plus en plus d’étudiantes et étudiants vont vouloir croquer dans la pomme. Pour s’apercevoir que les études de genre n’ont rien de diabolique, qu’il ne s’agit pas d’une théologie, que des opinions fort divergentes s’expriment certes, mais qu’il est toujours tenté de s’appuyer sur des faits, dont la perception peut être révisée, comme dans les sciences dures ou en médecine (qui n’ont évolué qu’en remettant en cause tant de présupposés voulus intangibles, car seuls autorisés).

Il est tenté de faire des chercheuses et chercheurs en ce domaine (et disciplines diverses selon ces secteurs étudiés) des adeptes de La Terre plate (contestée sans doute dès avant Aristote et Thales, mais « réalité » plaisante à soutenir avec un potache aplomb) ou de la religion du Jedi (surtout folklorique, festive, en Grande-Bretagne), mais animés de visées pernicieuses.
Soit, comme le dénonçait Tite-Live, de « bouleverser les lois divines et humaines ». Voilà que, pour le Printemps français, « le vrai but du mariage homosexuel est d’imposer la théorie du genre ». Or le genre n’est nullement un postulat unisexe ou tout autre, mais une approche des relations entre les individus, un objet d’investigation, un outil, qui ne sert pas uniquement à s’interroger sur la construction de leur(s) identité(s). C’est aussi une approche des « rôles gendrés » (parfois interchangeables, évolutifs).

Pour les adversaires de cette approche, les rôles sont prédéterminés, immuables, en dépit des évidences biologiques. Comme si la biologie humaine n’évoluait pas, en était restée à celle d’avant nos ancêtres, qu’ils soient néandertaliens, sapiens, erectus ou antérieurs.
Bien sûr, ces études s’intéressent aussi à des cas particuliers, comme par exemple ceux de personnes de sexe masculin ou féminin qui, après un changement, non de sexe mais d’apparence sexuelle, peuvent choisir de vivre en couple avec des personnes du même ou de l’autre sexe que celui de leur naissance. J’en connais au moins un, celui d’une adolescente devenue jeune homme et vivant maritalement par la suite avec un homme l’étant resté, « mâle » n’y voyant pas de mal.

En ayant recours à une intense propagande affirmant que la recherche, aux mains de militantes et militants en développant une aussi intense, voire effrénée (ah bon ? vous aviez si fréquemment entendu évoquer de tels cas ? l’Eurovision, les séries de télé-réalité de l’an prochain ne serait déjà plus réservées qu’aux seul·e·s transexuel·le·s s’il fallait en croire ce que les forums proche du Printemps français propagent), ces groupes fanatiquement opposés à tout ce qui n’est pas mariage hétérosexuel (sauf le célibat du clergé et des nonnes) veulent effaroucher la population.

Il était commode et non trop outrancier d’évoquer un fascisme rouge (dont la Corée du Nord offre encore un exemple), il serait abusif de qualifier de fascisme brun ou noir le Printemps français, dont acte. Blanc peut-être –puisqu’il ne s’agirait pas d’une couleur – car il entretient le fantasme d’un fascisme arc-en-ciel.

Qui connait un peu des familles dont les adultes et parents sont soit de sexes et genres différents ou identiques, mais comportant une ou un bi, ou homo, ne constatent généralement pas qu’ils influents sur la détermination gendrée de leur propre progéniture ou des enfants de leur(s) partenaire(s), belles-familles, relations amicales. Qu’il puisse exister des exceptions ne confirmant aucunement cette « règle » ne peut certainement pas être a priori exclu. Pour le Printemps français, ce sera automatique : les lesbiennes (pro)créeront des lesbiennes, les gays, des gays, les bi, des bi. Dans ce cas, toutes les fratries seraient éternellement royalistes, d’ascendants en descendants (en oubliant que la royauté est une création somme toute récente en Europe de civilisation gréco-romaine ou « barbare »).

S’agirait-il d’un complot du silence ourdi par les services de protection de l’enfance, par les médias, et les sociologues des études de genre, qui éclatera de manière encore plus retentissante que celui de l’homosexualité et de la pédophilie dans les rangs des clergés, pour masquer que c’est ce qui se constaterait déjà ? La population cléricale formerait d’ailleurs un fort bon terrain d’investigation pour ces sociologues, mais conférences des évêques et consistoires ne semblent guère enclins à le favoriser.

Le genre n’est pas un outil contingenté aux études dites féministes, mais à disposition tant des sociologues, des psychologues, du travail, de la consommation, de maints autres domaines, que des anthropologues. Il est des catholiques, protestants, israélites, musulmans, autres, qui le prennent en compte sans pour autant être partisans du mariage, de l’union libre, d’un contrat civique marital, car ce n’est d’ailleurs nullement leur préoccupation primordiale (en tout pas compulsionnelle, taraudante, fort loin de là).

En fait, ce qui est vraiment en jeu, pour les thuriféraires du Printemps français, c’est le patriarcat et l’éducation gendrée des enfants : leur grande crainte, leur repoussoir, c’est – pour caricaturer – qu’il soit enseigné la couture aux garçons et la mécanique aux filles.
Ma mère m’avait appris à coudre, j’ai oublié, mais à l’âge où un prospecteur minier totalement isolé en Amazonie s’était recousu lui-même une large plaie, à voir sa cicatrice, j’estime que j’aurais mieux fait.

Très récemment, un cardinal allemand a préconisé que les Allemandes restent au foyer et élèvent de trois à quatre enfants ou davantage. Il n’a pas énoncé qu’elles soient préparées à ce type de tâche dès le plus jeune âge, mais c’était implicite. C’était aussi initialement la doctrine nazie nataliste qui ne différait de celle des églises que sur la reconnaissance des bâtard·e·s et le fait qu’il fallait encourager les futurs pères à épouser des filles-mères. Les études de genre rendent aussi compte de ce type de conception de l’organisation sociale.
Aveuglément, en focalisant sur les études de genre, les tenants du Printemps français et affiliés concourent à ce que leur idéologie sous-jacente soit examinée, exposée, traduite un peu trop vite par une majorité de l’opinion en une sorte de « fascisme blanc ». Ils confortent aussi une conception de l’islam se voulant aussi immuable et intemporelle que celle qu’ils défendent.

Tout comme une universitaire telle Anne Larue pointe que Beauvoir s’est souvent mis le doigt sur l’œil, voire carrément dedans, il est fort possible que Christine Delpy se goure. Delpy lie construction sociale de la « race » à celle du sexe et considère que le concept opératoire de « castes raciales » est à l’œuvre dans la société française. Le Printemps français risque de la conforter.
Sur les pages du Comité Valmy, un Marc Gébelin qui se dit (proclame ? j’ai cherché, sans trouver de références universitaires) anthropologue, plaide pour que la femme soit « formatée par l’éducation » et projette sur les études de genre l’objectif de créer « un monde exclusivement masculin » favorisé par « l’abolition des sexes ». D’autres soutiennent exactement l’inverse, au gré de leurs élucubrations. De manière triviale, voire grivoise, édulcorée ou empruntant au jargon universitaire la formulation des argumentations, cela revient à peu près à cela : indifférenciation pernicieuse, inversion des rôles. Pour quel échantillon, quelles tranches de population ? Ah, on ne verra pas… on présume, suppute, et il n’est pas bien sûr question d’expérimenter pour valider des hypothèses : le chambard sera total, indubitablement « civilisationnel ».

Notez qu’un agrégé d’histoire religieuse, Anthony Favier, qui a droit aux pages de Témoignage chrétien, réfute totalement l’idée d’un « protocole des sages du genre ». Très congru des thèses sur le genre et de leur refutatio (notamment catholiques et « savantes »), relevant que célibat et chasteté n’ont rien de « naturel » statistiquement, Anthony Favier s’interroge sur la conception catholique de la sexualité et constate que « nombreux sont les fidèles à suivre des mots d’ordre sans rien connaître des études de genre. ».
Il rend compte des interrogations et cheminements des chrétiens sur le sujet, qui ne partagent pas toutes et tous la vulgate vaticane de l’éthique chrétienne du sexe. Il trouve affligeante l’obstination à travestir la réflexion initiée par les études de genre : « elle reflète cruellement le refus de toute approche des sciences sociales par les autorités romaines (…) et un repli dramatique de leur vision du monde. ».
Nombre d’entre qui participera à la manifestation dominicale du Printemps français n’analysent pas ce qui sous-tend l’idéologie de ses organisatrices et participants en vue, ou s’en moque, voire tolère, tout au plaisir de « faire nombre ». Ce genre de défilé présente un côté festif, et on peut comprendre que lorsqu’on n’est pas proche de syndicalistes ou de supporteurs d’un club sportif, les occasions sont rares de s’y adonner. Les mêmes ressentiraient sans doute comme un malaise si un barbu en djellabah et kufi blancs de prière leur lançait : « nous partageons totalement vos vues sur le mariage homosexuel et l’éducation des femmes ».

La polygamie n’est certes pas de l’épaisseur d’une chape de cigare, leurs éventuels amants ou maîtresses les poussent sans doute davantage à rompre pour de nouveau convoler qu’à s’engager dans une communauté à trois ou quatre, mais c’est bien la seule pierre d’achoppement distinguant l’islamisme de ce christiano-fondamentalisme belliqueux.

Chrétiennes et chrétiens abusés gagneraient sans doute à se déciller et chasser ces marchands du temple.
Michèle (en religion, il s’agit d’une moniale) répercute sur blogue, Au Bonheur de Dieu, l’approche théologique d’un Christian Duquoc (auteur de la très chrétienne maison d’édition Le Cerf) selon laquelle la distinction masculin-féminin n’est pas plus définissable que le dieu des divers « livres » est représentable. « Mâle et femelle, Il les créa » (Gn 1.27). On cherchera d’ailleurs en vain dans ce qui est supposé être la parole christique (toujours apocryphe) de quoi condamner la sociologie du genre. Il n’est nulle part écrit « femme au berceau et fourneau, homme au boulot » et le fils (civil, au moins) de Joseph ne s’attarde pas à dire si son père torchait les gosses quand sa mère se penchait sur la comptabilité de son artisan d’époux. Qui sait si elle ne portait pas « la culotte », comme on dit…
La similarité entre le « fascisme sable » de l’islamisme pacifique et le blanc est quasi-totale, le distinguo ténu, dans la mesure où une même vision statique de la société est largement partagée.

Il ne s’agit pas ici, ce n’est ni mon orientation ni celle de Sidaventure, d’appeler à l’interdiction du Printemps français au risque d’accréditer qu’une « police de la pensée » serait à l’œuvre. Les islamistes djihadistes font aussi état d’une « police de la pensée » mais proclament aussi une volonté hégémonique, appellent au meurtre, ce que seuls les plus exaltés des « printaniers » font (le rétablissement de la peine de mort, dispensée institutionnellement ou à la sauvage, contre les avorteuses et avorteuses, ne les ferait guère frémir).
Mais il faut nommer ce qui est factieux et fasciste. Mettre aussi en garde, civiquement, celles et ceux qui défileront demain : ne pactisez pas avec les liberticides qui visent à vous dicter votre conduite, à vous faire déterminer les aspirations et comportements de vos enfants. Pour la plupart, vous ne toléreriez pas à présent leur inquisition, leur diktat, leur immixtion dans vos choix. Tels des islamistes radicaux, c’est là leur dessein. Pour le moment, il ne s’agit que d’une atteinte à l’intégrité de votre libre arbitre. Demain, à vos enfants en chemises blanches, pantalon ou jupe de cuir, bottes ferrées, que pourrez-vous rétorquer ?

Que Marine Le Pen réfléchisse à une « amélioration du Pacs, notamment sur le plan de la transmission patrimoniale » (il serait aussi bon de penser aux pensions de réversion), et veuille ne pas s’aliéner partie de son électorat, est parfaitement recevable. Qu’elle redoute la concurrence électorale d’une Frigide Barjot est « naturel ». Cette dernière renvoie dos à dos le gouvernement et le Printemps français. C’est habile. Elle n’en appelle pas moins à défiler «en masse ». Pourquoi pas ?

Mais si retentissent les « allah-ou-akbar » du Printemps français, sauce fascisme blanc, n’hésitez pas, désertez le cortège, en masse. Vous vous le devez, ainsi qu’à vos concitoyennes et concitoyens qui, favorables au (ou simplement tolérants du…) mariage pour tous, ne font pas rimer facho avec catho (quoique… parfois…), et respectent votre sentiment ou vos convictions démocratiques et républicaines, votre sincérité, tant bien même les estimerait-on insuffisamment éclairées (par les études de genre, en particulier).

_________________
Tant qu un homme, une femme, un enfant verra son avenir voilé, pour moi, rien ne sera terminé...
Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sidaventure.asso.fr

 Sujets similaires

-
» les nouveaux profiteurs
» Se bricoler un composteur avec trois fois rien
» Dessert avec une raclette ?
» recherche palette avec godets aimantés..
» Problème avec placenta et cicatrice de césarienne !
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Avec Frigide tous virent au fascisme blanc... :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Avec Frigide tous virent au fascisme blanc...

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'association Sidaventure :: L'oubli, l'inconscience et l'ignorance de cette maladie ! :: Sidaventure-journalisme-en-résistance-
Sauter vers: