Forum de l'association Sidaventure
Sidaventure, la seule association de séropositifs qui lutte pour venir en aide aux séropositifs et lutter contre le Virus du VIH, VHC, SIDA

Forum de l'association Sidaventure

Forum de Sidaventure Séropositivité & l'iberté
Ensemble ! Positivons contre le SIDA
 
AccueilAccueil  Mais que font tMais que font t  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Mais que font toutes les associations qui touchent des Millions d'Euros pour la prévention du SIDA ? Près de 2.000 enfants naissent séropositifs chaque année
Sidaventure, est la seule Association qui pense à la santé et sécurité des séropositifs au virus du SIDA sans aucune subvention d’état et laboratoires.
Le projet du sidatorium sexuelle de Sida info service vient de recevoir l'agrément du ministère de la Santé
Sidaventure est une association qui favorise gratuitement les rencontres pour les personnes séropositives
Le SIDA avec les 100.000 patients séropositifs Français, coût à la France 1.5000.000 d'euros par mois
Des coups de bâtons pour Pierre Berger qui enfonce le SIDACTION
C'est ensemble contre le Sidaction que nous disons non aux dons pour le sidaction, il faut pas prendre les séropositifs au virus du vih et sida pour leur fond de commerce, le sida n'est pas une industrie, mais bien une maladie !!!
Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons un remède contre le VIH / SIDA basé sur neuf espèces de plantes endémiques
Suite à la perquisition que nous avons eu au siège de nôtre Association SIDAVENTURE le 1er Juillet 2010, tout prend un sens nouveau notamment au niveau de ses droits les plus strict ce qui m'oblige à porter cette affaire auprès de la commission européenne avec comme texte de référence la charte fondamentale des droits de l'homme.
«En Suède, un séropositif peut être condamné juste parce qu'il n'a pas informé sa partenaire»
jeudi 1er Juillet 2010 nous avons eu une perquisition au siège de l'Association SIDAVENTURE, celà nous prouve bien qu'avec le remède de Madagascar nous sommes dans la bonne direction et que certains groupes ont peur !!! C'est le retour des Nazis en France ?
La circoncision, crime contre l’humanité…! Faire souffrir, et moins jouir, et durablement, telle est la principale « justification » des circoncisions masculines et féminines prônées par diverses religions (dont des chrétiennes, voire des catholiques) et des associations de lutte contre le SIDA.
L’association caritative de lutte contre le sida AIDES est dans le pétrin, les directeurs n’ont pas hésité à arrondir et gonfler leurs salaires au fils des mois, et que certains « bénévoles » perçoivent un salaire rondouillet.
Contrairement à ce que dit l'association AIDES, non le Cannabis ne soigne pas
Alors que l'association AIDES vente les vertus du Cannabis, des collégiens réalisent un documentaire pour sensibiliser, stop aux dons SIDACTION partenaire à cette association...
Sidaventure contre la corruption des firmes pharmaceutiques
Sondage
Derniers sujets
Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier
Forum
Forum
Forum

Partagez | 
 

 Le « pays des droits de l’Homme » aux urgences ? La sous France

Aller en bas 
AuteurMessage
sidaventure
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1631
Age : 65
Localisation : dordogne
loisir : les séropositifs au VIH/SIDA
Points : 1641
Date d'inscription : 03/02/2005

Feuille de personnage
jeux de role:
0/0  (0/0)

15092013
MessageLe « pays des droits de l’Homme » aux urgences ? La sous France

Le « pays des droits de l’Homme » aux urgences ? La sous France

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Selon le Rapport 2012 de la Fondation de France, la solitude toucherait plus de 4,8 millions de Français. Un bond de 20% en deux ans. Plus de 6 millions de citoyens ne disposent toujours pas de l’accès à Internet à leur domicile, ayant par ailleurs un abonnement téléphonique ne permettant aucune possibilité réelle de communiquer. N’insistons pas sur les 12000 suicides annuels, ni sur les plus de 10 millions de français « vivant » au seuil de pauvreté. Les chiffres qui convergent dans le même sens sont divers et variés. Ils parlent fort pour le pays.
Frappé par le fléau national de la solitude, la précarité croissante, la démotivation professionnelle marquant toutes les strates de la hiérarchie en tous domaines, une souffrance globale accrue de toute une partie de la population,  le pays persiste néanmoins à se vivre comme seul au monde, prétendant encore avoir raison contre tous s’agissant de la pertinence de son « modèle » économique et social. Le « mal Français » relevé initialement par Alain Peyrefitte, s’aggrave.
Durant l’été 2013, le  « pays des droits de l’Homme » aura donc vu la santé sombrer plus encore dans la marchandisation et l’automédication toutes libérales. Le progrès supposé serait virtuel ou ne serait pas ? A terme, chacun aura-t-il à soigner lui-même ses plaies physiques ou morales en faisant ses courses médicales au supermarché du Net ? La dernière législation relative à l’accès facilité à des produits pharmaceutiques sur la toile reflète plus fort qu’il n’y parait l’évolution sociétale. Si les laboratoires jubilent, bien des inquiétudes gagnent les médecins, derniers garants du professionnalisme des soins autant que du lien social, en soi réparateur de bien des pathologies.
Le Conseil National de l'Ordre des pharmaciens engageait récemment ses premières procédures pénales contre onze sites de vente en ligne soupçonnés de distribuer des médicaments contrefaits. Selon la présidente du Conseil National de l'Ordre des pharmaciens Isabelle Adenot "il s'agit d'une véritable tromperie pour le public". Elle relève en outre que les sites malfaisants sont basés à l'étranger (Belgique, Espagne, Russie). Les réseaux de e-pharmacies illicites seraient en plein essor. La loi votée prétendait à un encadrement strict de la vente médicamenteuse. En pratique, cette affirmation est déjà démentie.
La santé exigerait la présence humaine la plus « incarnée » du début à l’aboutissement de tous les échanges ou processus de soins. Les droits de l’Homme et du Vivant ne sauraient être mercantiles. L’être et le virtuel ne s’accordent jamais sur l’essentiel. Sur bien des plans, la contrefaçon pourrait faire rage. Gardons que plus de 4 000 médicaments sont vendus par Internet depuis le 12 juillet 2013. Ce ne serait qu’un début sous le diktat des laboratoires. Selon la fameuse loi chaque e-site doit être lié à une pharmacie « réelle ». Les boites postales ou adresses fictives tendraient à se multiplier. En matière médicale, économique et sociale, médiatique, la réalité étant soumise à bien des filtres, le droit de l’Homme à la santé ne saurait passer entre les mailles sans foi ni loi du filet marchand libéral libertaire.
Il y a quelques temps le journal Le Parisien publiait une enquête qui eut un grand retentissement (Institut BVA- Gallup) désignant les français comme les champions mondiaux du pessimisme. Ainsi, pour 61% de nos concitoyens l’avenir serait d’abord porteur de difficultés (28% en moyenne ailleurs). Un record planétaire de négativité.
L’actualité marquée par l’emprise croissante de la téléréalité jusqu’aux frontières du politique, traduit une fuite dans l’anecdotique et le divertissement. L’Histoire s’écrirait désormais en rubrique des faits divers. L’info en continu au détriment du contenu ? L’heure serait à produire en permanence du récit et un imaginaire induisant la consommation, annihilant le discernement pour atteindre les fameuses « cibles », chacun de nous.
Comme l’été 2013 le confirma, de moins en moins de français prennent de longues vacances, pas seulement sous la contrainte d’être plus économe, mais d’abord pour s’abandonner à une « sous culture » des loisirs largement plus étalée dans le temps. Les cures de niaiserie télévisuelle ou l’addiction à des compétitions plus marchandes que sportives sont en plein boum. Une partie de la population fête rituellement son tour de France. Passée la remise du trophée, les scandales du dopage ne manqueront pas d’éclater. Le « rêve français » ?  L’évitement du réel relèverait d’un sport national, à moins qu’il ne s’agisse de désespérance citoyenne. Suite au divorce manifeste d’avec ceux qui le dirigent, le peuple éprouve manifestement le besoin de se « zapper » lui-même. Le pays serait en arrêt maladie prolongé.
A force de piétiner ses racines, ce qu’il reste de cette grande Nation erre ainsi dans un entre deux eaux, du flot de nostalgie du passé jusqu’au lac asséché des vieilles lunes idéologiques tendant plus à détruire qu’à construire (la famille, le couple, l’éducation, la citoyenneté…). Le pays traverserait-il ce que bon nombre de psychanalystes définissent comme une grande phase de régression au stade infantile ? Au niveau sociétal, le « progrès » se dissoudrait dans l’entêtement dogmatique d’ex étudiants révolutionnaires embourgeoisés. Face à la mutation de maturité qui devrait être celle de la France, divers signaux vont dans le sens d’une dépression collective. Le rêve français ?  Il serait devenu trop « normal » pour que quiconque puisse y croire encore. Pour retarder le réveil, le peuple est maintenu en hypnose ou en apnée.
Par Internet ou pas, la France se situe toujours en tête des pays européens pour les frais pharmaceutiques, en consommation d’antihypertenseurs et vasodilatateurs, ou d’antibiotiques. Le français « lambda » se pense volontiers malade jusqu’à accorder des vertus magiques et une véritable « croyance » aux médicaments. Le dieu laïc serait aussi pharmaceutique ? La France reste bien le plus gros consommateur de psychotropes. Plus d'un quart des Français consomme ainsi des anxiolytiques et des antidépresseurs, des somnifères et autres médicaments pour le mental. Toujours plus séparée de ses racines et valeurs profondes, la France flotte péniblement en surface. L’heure n’est plus aux sujets de fond. Le progrès tendrait seulement à dépasser les limites, aussi celles du sens, de la dignité humaine.
Chaque année plus de 150 millions de boites de divers normothymiques sont prescrites. Ces « régulateurs de l’humeur » définis comme tranquillisants et somnifères sont susceptibles de provoquer des dépendances en prescription prolongée. Y compris en temps de grave crise, le peuple infantilisé exige la prescription du moindre de ses acquis sociaux autant que médicamenteux. Qu’il vote pour les plus grands vendeurs de promesses chimériques est régulièrement vérifié d’un bout à l’autre de l’échiquier. La France est de mauvaise humeur. Elle ne se reconnaît plus dans sa glace. Son dynamisme et sa créativité auraient été congelés. La crise muterait en étrange paralysie volontaire. La France a peur, d’elle-même, et du monde, de l’avenir.
Notre pays reste aussi dans le groupe de tête sur la scène mondiale en terme de traitements psychiatriques. Le nombre d'internements aura presque doublé en 16 ans. On compte plus de 73 000 internements chaque année en France, chiffre trois à quatre fois supérieur à ceux du Royaume-Uni ou de l’Espagne, comme de l'Italie. La douce folie ou inconscience françaises (par exemple au niveau de la dette publique depuis 30 ans) atteindraient les sommets. La France cherche sa boussole plus encore depuis qu’elle s’est glissée médiocrement dans les draps d’une gouvernance pépère (il arrive qu’un pépère en manque de popularité devienne subitement un va t’en guerre), celle qui était en vigueur du début des années 80 jusqu’au début des années 2000. Nous vivions alors les années « folles » et dépensières. Les déficits augmentaient proportionnellement à la démagogie déployée pour les faire oublier. La fêtocratie régnait. Les enfants sauraient payer demain l’irresponsabilité de leurs parents. Toute personnalité publique invitant à la rigueur se voyait alors interdit de bal médiatique. La morale avait mauvaise presse. Aujourd’hui, le « cinéma » » solde sa dernière séance.
Moralisation ? Démoralisation ? Quand le docteur s’apparente dans son domaine à un éternel pompier pyromane dans le sien, toute guérison est écartée. Bronzer l’été ? La France aurait honte de ses couleurs. Aimer son pays tiendrait presque du fascisme. Ailleurs les drapeaux patriotiques dansent aux fenêtres dans le vent fier de l’Histoire. Oui, la France est sans dessus dessous, et seule.
Lors d’une manifestation ayant marquée en son temps, la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme dénonça avec force la loi permettant d’imposer plus facilement des traitements psychiatriques à des citoyens, le cas échéant à domicile. Comme pour la prostitution, cacher ce sein de souffrance que l’on ne saurait voir. La loi récente sur les e-pharmacies s’inscrit dans la même logique. L’hypocrisie est à l’œuvre. Les fournisseurs de traitements médicaux gagnent toujours plus à voir un peuple garder toutes ses pathologies chroniques. La même Commission des Citoyens dénonça le marché frauduleux des drogues psychiatriques. Outre les paradis fiscaux pour l’oligarchie, le paradis artificiel « médicamenteur » pour tous les autres ? Sera-t-il possible un jour d’interner par Internet ?
Symboliquement, les scandales frappant régulièrement de grands laboratoires rappelleraient que la France est atteinte par diverses pathologies sociales et sociétales (des emplois « à vie » pour certains, la mort lente pour les autres, etc). Un modèle ? Les psychotropes et certains discours rasant gratis masquent surtout divers symptômes nationaux récurrents. Dans une forte dépendance accrue au bonheur de la marge bénéficiaire des laboratoires, le pays aura donc marqué par le creusement de la dette publique et l’aggravation proportionnelle d’une tendance nationale dépressive. Devant leurs écrans de plus en plus plats comme la misère, les plus désespérés sauront commander leur placebo. Privés de moyens de communication certains choisiront le silence, provisoire ou, définitif. La France des suicidaires est passée sous la table de l’interdit.
La logique de l’économie réelle ayant cédée devant l’abstraction boursière, le peuple stagne dans les eaux fluctuantes de la relativité. Le pays réel se cherche. Il trouvera ses drogues sur le net. Les travers psychosociaux voient les intérêts mercantiles prévaloir sur les premières nécessités vitales, sociales, et donc, médicales. La société est tombée « malade » de son « modèle » devenu sans cesse plus marchand, déclassant l’Homme de la place prioritaire qui devrait être la sienne.
Plus de 240 millions de boîtes de psychotropes ont été vendues en 2009 et 2012. Le chiffre d'affaire reste de plus d'un milliard d'euros (Source AFSSAPS) pour les laboratoires oeuvrant sur ce marché très porteur, celui de la misère de masse ou personnelle. Tout peut être rentable. La douleur et la mort aussi. La dépression boursière sera t’elle « compensée » par celle des citoyens ?
Les médecins généralistes restent en première ligne récupérant toutes les petites et grandes pathologies sociales ou psychiques, même si le recours à un psychologue n'est pas toujours remboursé et la consultation d'un psychiatre peu accessible dans certaines régions. D’après l'Atlas de la démographie médicale, la densité de médecins spécialistes en psychiatrie varie profondément selon les départements, de 6 à 79 pour 100 000 habitants.
Avec 1 714 psychiatres, Paris en compte davantage que la Picardie (216), le Nord-Pas-de-Calais (461), la Normandie (395), la Lorraine (266) et Champagne-Ardenne (132) réunis. Le constat est saisissant. Bien que prétendant sauver le monde entier, la France est un bien mauvais docteur pour elle-même. Le concept « droit de l’Homme » se vend bien, lui aussi. L’idéal bien promotionné permet de mieux faire accepter la cruelle réalité. Au besoin, le tout sera agrémenté d’une dose de laïcité. Les éléments de langage savent faire taire la critique. Les malades parlent à leurs malades.
La parité tant évoquée par bien des élus marque un pareil échec. La mère patrie n’est plus ce qu’elle était. Dans notre pays, les épisodes dépressifs majeurs touchent davantage les femmes. Elles restent soumises à des traumas plus spécifiques de leur identité (maltraitance dans l’enfance et le couple, veuvage, divorce, chômage, invalidité). Cela reste plus fréquent encore dans les quartiers défavorisés, peu de psychiatres y étant installés. La France ne se prend plus en charge. Le protectionnisme y a trop mauvaise presse. Le monde médical lui-même porte toutes les « névroses » sociales et économiques de la société, sans insister sur le désert (notamment médical) en milieu rural. La Santé a t’elle aussi perdue ses racines ? En tout cas, le marché des psychotropes ne connaît pas la crise. Internet permettra d’accroître les bénéfices.
La France souffre d’avoir oubliée sur divers plans les fameux droits de l’Homme dont elle abreuve le monde. Elle n’est même plus fidèle à l’exigence minimale « les femmes et les enfants d’abord » ou « la veuve et l’orphelin ». Le seuil de pauvreté frappe presque 2 millions d’enfants ne disposant pas chaque jour du besoin alimentaire requis.
La souffrance au travail traduit le malaise plus général de la société. Le débat est devenu important depuis l'automne 2009, suite à la vague de suicides chez France Télécom. On ne communique plus, ou mal.
Selon un sondage (BVA), seulement 31% des salariés se disaient "parfois heureux" au travail en 2011, contre 37% en 2010. C'est le niveau le plus bas enregistré depuis 2007. Plus de 40% des salariés affirment que leur motivation régresse, chiffre en nette augmentation par rapport à l’étude de 2007. Si la démotivation des ouvriers (42%) et des employés (38%) stagnait entre 2007 et 2010, la démotivation s'accroît depuis très nettement chez les cadres. Si en 2007, ils étaient 19% à dire leur motivation en baisse, ils sont à présent presque le double (37%). Enfin, la question du pouvoir d'achat porte toutes les angoisses. Pour s’être vendue jusque son âme, la France ne permet plus à son peuple d’acheter et consommer. Ainsi, 68% des actifs ne s'estiment pas satisfaits en matière de salaire. La redistribution reste aussi défaillante que l’ascenseur social. Si les charges pèsent excessivement sur les salaires et entreprises, des surprotections sont garanties à une minorité et le contraire à la majorité. Certains ont un parcours professionnel sécurisé et profitent d’une plus longue retraite, en bonne santé. D’autres, majoritaires, pas. Les niches ne sont pas que fiscales.
En insistant prioritairement sur la performance individuelle, les méthodes de management et de gestion ont déstructurées le sens du collectif. Le lien social se délite. L’élite vit dans son monde. Le peuple demeure dans un ailleurs de plus en plus indéfini. La société française devient une des plus inégalitaires. Le discours dissocié de toute réalité vient augmenter le sentiment général de dépréciation et d’injustice, de solitude. L'augmentation des pathologies de surcharge comme le « burn-out, karôsh » (mort par excès de travail), celle des troubles musculo-squelettiques, le recours accru au dopage ou aux drogues,  tout atteste d’une réelle dégradation de la qualité de vie professionnelle. La vie privée en fait les frais. Le chômage entraîne une souffrance équivalente, dans la privation et la frustration. La France a mal à son Pôle Emploi parce qu’elle a mal à ses entreprises, autant qu’elle gère bien mal son mammouth administratif. La justice sociale est à la diète. Le Vivre Ensemble est une jolie formule. Et donc ?
Outre l’évaluation qualitative, l’idée de « coopération » gagnerait à être promue dans le cadre professionnel et général. La coopération s'analyse selon une règle désormais bien connue, reposant sur trois niveaux. Celui de la coopération horizontale entre membres d'une équipe, la coopération verticale entre chefs et subordonnés, enfin la coopération transverse avec les clients ou les usagers. Cette approche est structurée. Elle reste hélas trop ignorée.
Le quantitatif prime dans la société de surconsommation. L’Homme ne compte pas, assez. Les ressources humaines s’épuisent peu à peu dans l’approche minimale et stérile que le système actuel leur impose. Le facteur humain reste au-delà même d’une marge variable. Le pays des Droits de l’Homme ? La mythologie persistera sur Internet, l’achat facilité de médicament y continuera.
La qualité et la compétitivité « gagneraient » à retrouver leur lien logique, qu’il s’agisse de cadre et conditions de travail ou de relation interpersonnelle sur le terrain professionnel. Le travail pourrait mieux s’adapter à diverses organisations dans la gestion du temps et le management des différents acteurs. La dégradation des rapports entre activité professionnelle et santé n’est pas insoluble, pas plus que la crise des motivations. La réhabilitation sensée du travail et de sa valeur ne recouvre qu’une réponse bien succincte. Le savoir faire perd tout son sens lorsque « l’envie d’être » se voit de plus en plus réprimée. Surconsommation médicamenteuse, souffrance croissante au Travail, démotivation, chômage,  tout interroge notre modèle de société.
Le plat Net ? Notre « modèle » de développement ne pourra survivre lui-même que par la promotion de nouvelles relations citoyennes « réelles », par l’émergence de formes d’entreprises plus innovantes et humaines (retour actuel des sociétés coopératives ? portage en réseau ? en tout cas le soutien prioritaire aux PME-PMI),  par la primauté réelle et structurée du Vivre Ensemble et la prise en compte plus globale de « l’environnement » (écologique, social..).
A ne plus être bientôt souveraine en quoi que ce soit, la France est sans dessus dessous. Notre pays est en souffrance. Le temps n’est plus à la téléréalité générale renforcée par la consommation massive de psychotropes et de chimères, alimentant à terme le plus grand pessimisme.
Le pays supposé être celui des droits de l'Homme n'est bientôt plus que l'ombre de lui même dans l'émergence croissante d'une "sous France". L'heure est à reconsidérer son "modèle" économique et social, relevant des urgences par bien des aspects. Le "traitement" attendu doit être celui du courage, de l'audace et de l'innovation, dans le devoir qui incombe à tout véritable homme d'état.

infirmiere 

_________________
Tant qu un homme, une femme, un enfant verra son avenir voilé, pour moi, rien ne sera terminé...
Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sidaventure.asso.fr

 Sujets similaires

-
» Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen
» Actualités judiciaires des droits de l'homme en Ukraine
» Convention européenne des droits de l'homme - 1950
» GENDARMERIE/DROITS DE L'HOMME/LIBERTE DE LA PRESSE
» Biodiversité : Festival des droits de l'homme Paris, Marie-M Robin
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Le « pays des droits de l’Homme » aux urgences ? La sous France :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Le « pays des droits de l’Homme » aux urgences ? La sous France

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'association Sidaventure :: 

Sidaventure avec une équipe de chercheurs (cliquez ici pour lire la suite)

-
Sauter vers: