Forum de l'association Sidaventure
Sidaventure, la seule association de séropositifs qui lutte pour venir en aide aux séropositifs et lutter contre le Virus du VIH, VHC, SIDA

Forum de l'association Sidaventure

Forum de Sidaventure Séropositivité & l'iberté
Ensemble ! Positivons contre le SIDA
 
AccueilAccueil  Mais que font tMais que font t  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Mais que font toutes les associations qui touchent des Millions d'Euros pour la prévention du SIDA ? Près de 2.000 enfants naissent séropositifs chaque année
Sidaventure, est la seule Association qui pense à la santé et sécurité des séropositifs au virus du SIDA sans aucune subvention d’état et laboratoires.
Le projet du sidatorium sexuelle de Sida info service vient de recevoir l'agrément du ministère de la Santé
Sidaventure est une association qui favorise gratuitement les rencontres pour les personnes séropositives
Le SIDA avec les 100.000 patients séropositifs Français, coût à la France 1.5000.000 d'euros par mois
Des coups de bâtons pour Pierre Berger qui enfonce le SIDACTION
C'est ensemble contre le Sidaction que nous disons non aux dons pour le sidaction, il faut pas prendre les séropositifs au virus du vih et sida pour leur fond de commerce, le sida n'est pas une industrie, mais bien une maladie !!!
Aujourd'hui, nous pouvons dire que nous avons un remède contre le VIH / SIDA basé sur neuf espèces de plantes endémiques
Suite à la perquisition que nous avons eu au siège de nôtre Association SIDAVENTURE le 1er Juillet 2010, tout prend un sens nouveau notamment au niveau de ses droits les plus strict ce qui m'oblige à porter cette affaire auprès de la commission européenne avec comme texte de référence la charte fondamentale des droits de l'homme.
«En Suède, un séropositif peut être condamné juste parce qu'il n'a pas informé sa partenaire»
jeudi 1er Juillet 2010 nous avons eu une perquisition au siège de l'Association SIDAVENTURE, celà nous prouve bien qu'avec le remède de Madagascar nous sommes dans la bonne direction et que certains groupes ont peur !!! C'est le retour des Nazis en France ?
La circoncision, crime contre l’humanité…! Faire souffrir, et moins jouir, et durablement, telle est la principale « justification » des circoncisions masculines et féminines prônées par diverses religions (dont des chrétiennes, voire des catholiques) et des associations de lutte contre le SIDA.
L’association caritative de lutte contre le sida AIDES est dans le pétrin, les directeurs n’ont pas hésité à arrondir et gonfler leurs salaires au fils des mois, et que certains « bénévoles » perçoivent un salaire rondouillet.
Contrairement à ce que dit l'association AIDES, non le Cannabis ne soigne pas
Alors que l'association AIDES vente les vertus du Cannabis, des collégiens réalisent un documentaire pour sensibiliser, stop aux dons SIDACTION partenaire à cette association...
Sidaventure contre la corruption des firmes pharmaceutiques
Sondage
Derniers sujets
» H 52 ans cherche une compagne
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Icon_minitimeVen 16 Aoû 2019 - 14:33 par olivier59

» cherche mecs sur le 37
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Icon_minitimeMer 10 Juil 2019 - 11:42 par lionel37

» Bonjour toi homme de ma vie...
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Icon_minitimeDim 7 Juil 2019 - 19:19 par Suisero

» H 52 ans cherche une compagne
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Icon_minitimeSam 25 Mai 2019 - 17:38 par olivier59

» Relation sérieuse
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Icon_minitimeDim 24 Mar 2019 - 16:00 par Divinea

»  Pakistan : Mariage Traditionnel et cas de Sida ignorés ... ?... LES FEMMES ET LEURS ENFANTS EN DANGERS
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Icon_minitimeJeu 21 Mar 2019 - 1:50 par sevro40

» Cherche sero indétectable pour vie à deux
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Icon_minitimeJeu 21 Mar 2019 - 1:23 par sevro40

» sidaction line renaud piere berger et compagnies
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Icon_minitimeMer 26 Sep 2018 - 15:50 par agnes3

» Cherche femme pour fonder un foyer
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Icon_minitimeVen 14 Sep 2018 - 2:53 par Clemcentral

Partenaires
forum gratuit
Tchat Blablaland
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Août 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
Forum
Forum
Forum

Partagez
 

 La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie).

Aller en bas 
AuteurMessage
sidaventure
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
sidaventure

Nombre de messages : 1631
Age : 66
Localisation : dordogne
loisir : les séropositifs au VIH/SIDA
Points : 1641
Date d'inscription : 03/02/2005

Feuille de personnage
jeux de role:
La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Left_bar_bleue0/0La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Empty_bar_bleue  (0/0)

La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Empty
08092008
MessageLa pauvreté et ses conséquences,(1ère partie).

Moins de 880 ?/mois et jusqu’à moins de 733 ?/mois

Il faut bien définir un niveau à partir duquel la pauvreté s’installe pour durer comme il faut définir un autre niveau à partir duquel la richesse commence à prendre de l’importance. A partir des niveaux de pauvreté ou de richesse, les évolutions sont continues, progressives, représentants des états figuratifs voire statiquement représentatifs de groupes de populations se situant au delà de ces deux niveaux. L’INSEE représente ces niveaux par des seuils, alors que ce ne sont pas des franchissements d’états sociaux dans d’autres que ce constitueraient des seuils.

C’est une réflexion sur un article de La Tribune.fr du 21/07/08, «8 millions de pauvres» cliquez ici , qui m’engage à cet article. La définition de ces niveaux ne peut être faite que statistiquement en fonction des revenus, des possibilités d’économie, du coût de la vie et de sa qualité. L’INSEE cliquez ici , définit des revenus déclarés, des revenus disponibles, le niveau de vie, le niveau de vie moyen et médian, le taux de pauvreté. Ce qui est pris en compte dans cette étude se sont les revenus disponibles et le taux de pauvreté.

Les revenus disponibles sont :

les revenus d’activité, les pensions de retraite et les indemnités de chômage, les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales. Quatre impôts directs sont pris en compte : l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation, la contribution sociale généralisée (CSG) et contribution à la réduction de la dette sociale (CRDS).

Le taux de pauvreté :

correspond à la proportion d’individus dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté définit par l’INSEE et l’Observatoire de la pauvreté et de l’exclusion sociale à 60 % ou 50 % du niveau de vie médian. Le niveau de vie médian, est le niveau de vie au dessus duquel se situe une moitié de la population, l’autre se situant au dessous.

La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Image-8-millions-de-pauvres.1220636544
Ce seuil se situe à 880 ? en 2006 sur la base de 60 % pour un taux de 13,2 % soit : 7.862.000 personnes pour 59.471.000. Et à 733 ? sur la base de 50 % pour un taux de 7,1 % soit 4.216.000 personnes .Il y a donc 3.646.000 personnes qui sont entre 7.862.000 et 4.213.000 à gagner entre 880 ? et 733 ?, cette concentration à 100 ? près est considérable, elle montre l’importance d’une augmentation salariale en volume. Ces données ont été mises à jour en juillet 2008. Les niveaux de vie moyen et médian en 2006 sont 20.603 ?/an et 17.597 ?/an ce qui donne : 1717 ? /mois, et 1466 ?/mois.

La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Carte1_t-niveau-de-vie-median-par-departement.1220634440
La carte ci contre donne une représentation du niveau de vie médian par département. Cette carte montre de fortes disparités. Le Nord-Pas de Calais 14.200 ?, particulièrement touchés par le chômage, ainsi que la Creuse, l’Aude et le Cantal 13830 et 13910 ? ou se situent une forte proportion de retraités, la Corse avec probablement moins de 13.740 ?. La Seine Saint-Denis, qui fait un peu l’exception en Île de France, le point blanc, avec des niveaux de vie médians du même ordre, présente également un fort taux de pauvreté eu égard aux trois départements que sont les Yvelines, Paris et les Hauts de Seine 20.360 ?/mois.

La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Carte3_taux-de-pauvrete.1220719067
Les minima sociaux réduisent la pauvreté. La redistribution des revenus s’effectue par les impôts et les prestations sociales. Seuls les impôts directs et les prestations sociales versées en espèces qui ne relèvent pas de dispositions locales, sont appréhendés ici. En moyenne, leur part dans le revenu moyen est peu importante. En effet, les prestations sociales ne représentent que 5,4 % du revenu disponible moyen des ménages. Cependant, pour les ménages sous le seuil de pauvreté, c'est un tiers du revenu disponible qui dépend de ces prestations. Elles permettent ainsi de réduire le taux de pauvreté, et son intensité comme l'illustre la carte du taux de pauvreté par département ci contre France 11,7%, en foncé de 14,6 à 18,8 %, en rouge 11,7 à 14,6 %, en orange 9,5 à 11,7 %, en blanc 5,7 à 9,5 %. Nos impôts servent donc aussi à réduire la pauvreté aux plus malheureux, et c’est bien ainsi, les réduire serait compromettre l’existence des ces personnes.

A titre de comparaison le RMI est de 447,91? pour une personne seule et de 671,87 ? pour un couple, avec deux enfants 803,24 ? et 940,38 ? au premier janvier 2008. Au premier janvier 2006 le RMI était de 433, 06 ? pour une personne seule et pour un couple 649,59 ? sans abattement du forfait logement. L’augmentation a donc été de 3, 43 % sur deux ans, ce qui ne modifie pas ou peu les seuils de pauvreté présentés . Le nombre de bénéficiaires du RMI au 01/01/07 était de 1.229.754, il représente 29,2 % des personnes sous le seuil de pauvreté à 50 %.

La pauvreté ne touche pas de la même façon les différentes catégories de ménage. Les familles nombreuses et monoparentales sont les plus touchées. 30,3 % des personnes vivant au sein d’une famille monoparentale sont confrontées à la pauvreté à un niveau 2,3 fois plus élevé que l’ensemble de la population. Pour les premières, c'est principalement en raison du nombre de personnes du ménage. Pour les secondes, une seule personne apporte généralement des ressources et doit assurer la charge des enfants. Elles représentent 1,6 millions de personnes et sont constituées d’une mère vivant seule avec ses enfants, 85 % de cas, cliquez ici .

Le taux de pauvreté est faible en Alsace, Savoie et Haute Savoie. Pour ces deux départements, le travail frontalier contribue à élever les revenus. L’Ouest de la France est également moins touché par la pauvreté.

De leur côté, les retraités, bien que leurs revenus soient en moyenne moins élevés, sont moins touchés par la pauvreté, en grande partie parce qu'ils n'ont plus la charge des enfants qui ont quitté le domicile familial. Les taux de pauvreté les plus forts 15,4 % se trouvent dans les agglomérations urbaines de plus de 20.000 habitants, hors agglomération parisienne, dans cette dernière, 10,5 % de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté en 2006. La part des personnes pauvres dans les zones rurales est de 12 %. Les ménages les moins touchés par la pauvreté sont les couples sans enfants dont seuls 6,4% sont pauvres.

En termes d’âges 23,2 % de femmes pour 18,9 % d’hommes de 18 à 24 ans vivent sous le seuil à 60 % de la pauvreté, de 24 à 34 ans 12 % pour 9,5 %, et de 55 à 64 ans 9,9 et 10 %. Globalement les femmes sont plus touchées que les hommes.

Cette étude montre de très fortes inégalités de niveau de vie. Des départements sont peu touchés par la pauvreté, les zones blanches sur les cartes, elle est donc inégalement répartie sur notre territoire. Les régions les plus pauvres Nord-Pas de Calais, Creuse Cantal, Aude, Corse, et Seine Saint-Denis, les zones foncées sur les cartes, le sont par suite d’un manque d’industries conduisant à un emploi dérisoire et à un chômage élevé, et aussi comme la Seine Saint-Denis à une application détournée de la loi SRU, conduisant en fait à la présence d’une forte immigration par suite de loyers abordables et des aides sociales des communes du département.

Les familles monoparentales sont vraiment dans la misère, et pour celles qui touchent le SMIC avec des enfants, ces enfants sont des malheureux et commencent leur vie avec un lourd handicap tant sur le plan de leur santé que celui de leur formation à devenir majeurs. Quand on voit, même à Paris, dans certains quartiers des familles logées avec des enfants dans une pièce ou les cafards se complaisants dans l’humidité du logement et ou les toilettes avec lavabos, tenant par miracle à la cloison, sont des lieux insalubres, le plâtre tombant en poussière, séparés par un rideau de la seule pièce ou ces personnes vivent avec un réchaud pour faire à manger, on se demande quelle vie ont ces familles

Je me souviens lorsque j’allais à l’étranger quand je voyais cette mendicité, je me disais pas en France, ce n’est pas possible, et maintenant nous sommes comme les autres, beaucoup de Français mendient, les sans domiciles fixes qui ne sont pas pris en compte dans cette étude n’ont que pour horizon la rue, le métro ou le foyer, et que l’on rencontre au détour couchés dans le renfoncement d’un immeuble. Il suffit de peu de chose, la perte de son emploi, de son logement que l’on ne peut payer et la séparation de la famille que l’on ne peut nourrir, et c’est la déchéance, la rue avec une misère encore plus cruelle. On est parti dans le tourbillon des oubliés sans espoir de sans sortir, on perd ainsi sa dignité et sa santé, ce qui fera l’objet de la seconde partie.

_________________
Tant qu un homme, une femme, un enfant verra son avenir voilé, pour moi, rien ne sera terminé...
Seul le silence est grand, tout le reste est faiblesse...


Dernière édition par sidaventure le Dim 30 Nov 2008 - 15:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.sidaventure.asso.fr

 Sujets similaires

-
» La pointe Saint Mathieu - Partie 2 et... Fin !!!
» la répartie d' une femme ! lol
» Partie génitale (fille)
» j'avais 12 ans j'ai pris mon vélo et je suis partie à l'école
» Votre partie préférée de Jojo's Bizarre Adventure?
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). :: Commentaires

La maladie

Il y a certes beaucoup d’autres conséquences que la maladie qui sont dues à la pauvreté à l’exclusion. L’abandon de ses proches, voire de sa famille qui ne veut plus de relation, vous devenez peu fréquentable, on préfère vous oublier. Votre horizon, c’est les pauvres comme vous ou l’on se raconte, entre gens qui se comprennent, ses misères. C’est les restos du c?ur et les Emmaüs mais c’est, plus que tout, le logement ou dormir quand on a tout perdu ? Bien entendu j’évoque les cas d’extrême pauvreté, celle que l’on voit, mais celles qui restent cachées par fierté, celles des personnes qui regardent la nourriture et ne peuvent l’acheter par ce qu’elle est trop chère pour eux, celle des enfants que l’on voit déjà atteints de la misère sur leur visage, cette pauvreté là est révoltante. Je cite souvent le cas de cette vieille femme, le dos un peu courbé, un filet au bras vide, qui regardait avec moi les fruits sur un étal au supermarché. Je la regarde et lui demande si elle à besoin de quelque chose, et elle me répond qu’est-ce que c’est cher, elle repart sans rien acheter. Aura t’elle mangé ce soir là ou bien sera t’elle allée se coucher sans manger ? On comprend bien que pour ceux qui n’ont pas de quoi bien manger, oui bien manger, c’est la maladie qui guette. Le corps ne reçoit pas sa nourriture, cette énergie et les vitamines dont il a besoin pour résister aux agressions de toutes sortes, et elles sont nombreuses pour ces personnes vulnérables.

En 1999, le gouvernement Jospin à fait la couverture maladie universelle dite loi CMU.


Cette loi est entrée en vigueur le premier janvier 2000. Elle assure aux plus démunis une affiliation au régime de base de la Sécurité sociale et une couverture complémentaire. La CMU complémentaire devrait concerner 6 millions de personnes, presque autant que le nombre de Rmistes. Elle permet d’être soigné et de lutter contre les inégalités qui ont été mises en lumière par les enquêtes comme celle du Crédes, Centre de recherche d’études et de documentation en économie de la santé. Elle montrait qu’une personne sur 7 et 30 % des chômeurs ont du en 1998 renoncer à se soigner faute de pouvoir assumer les frais restant à leur charge. Les restrictions portent principalement sur les soins dentaires (43 % des cas), les lunettes (16 % des cas), les soins médicaux et analyses (29 % des cas). En 2006 le nombre de bénéficiaires de la CMU-Complémentaire est de 4.842019 personnes. Cliquez ici .


La CMU-C est souvent perçue à tord comme une prestation concernant principalement la grande exclusion. Si les exclus sont concernés par la CMU-C, la grande exclusion n’en concerne qu'une petite fraction (moins de 200 000) des assurés sont protégés par la CMU-C.

C’est une bonne loi, humaine, qui malgré son coût nous préserve de devoir nous couter encore plus sachant que la tuberculose maladie contagieuse presque disparue refait surface parmi ces populations. Maladie qui avait été jugulée par l’amélioration des conditions de vie, et qui, comme vous le savez, se sont notablement dégradées.

Les bénéficiaires de la CMU n'ont donc plus rien à payer pour les consultations et les actes médicaux, les médicaments, les actes des professions paramédicales (infirmières, kinésithérapeutes ...) les frais d'hospitalisation et, en règle générale, pour les prothèses dentaires et les lunettes (verres et montures). Les bénéficiaires de la CMU n’ont plus à faire l’avance des frais. Ils bénéficient du tiers payant. Combien de fois ai-je entendu que ces pauvres personnes mettaient la Sécurité sociale en faillite, quel courage il faut pour dire de pareilles choses alors que s’en vont dans les paradis fiscaux des milliards d’ ?.

Les personnes bénéficiaires de la CMU-C sont principalement des enfants et les jeunes moins de 20 ans. Il y a peu de personnes de 65 ans, le minimum vieillesse est supérieur au plafond d’accès a la CMU-C. Le minimum vieillesse personnes âgées de 65 ans et de 60 ans, dans certains cas, est de 7.781,27 ? pour une personne seule et de 13.629,44 ? pour un ménage.Cliquez ici.
Les conditions d’accès sont un revenu inférieur à 6.609 ? annuels en septembre 2003 et celles de la couverture complémentaire sont pour une personne seule de 562 ?/mois.


Tous les bénéficiaires du RMI sont redevables de la CMU-C. Voici deux tableaux donnant en fonction de l’âge et du statut, les bénéficiaires de la CMU-C.

La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). Img593.1220805746




C’est le résultat d’une enquête qui a été faite en Île de France sur 470 personnes identifiées d’après leur niveau de ressources comme pouvant bénéficier des dispositifs, 366 bénéficient effectivement de la CMU-C et 104 n'en sont pas bénéficiaires (22 % de non recours). On voit que ceux qui bénéficient le plus de la CMU-C, sont les chômeurs indemnisés, les allocataires de RMI, mais ce ne sont pas les plus nombreux, et les retraités.


Le problème concernant l’application de la CMU-C est le refus de soins dont sont victimes les bénéficiaires. C’est un point noir dont l’ampleur est non négligeable. Le rapport remis au ministre de la santé et de la solidarité et discutées lors de la conférence qu'il a organisée dès le 19 décembre 2006 a pour objet, avec le concours de tous les acteurs, Ordres, Syndicats de professionnels de santé et Associations, de remédier à cet état de fait qualifié à juste titre d'inacceptable. Comme l'a souhaité la ministre, l'évolution de cette situation sera suivie avec attention et l'on ne peut douter que la mobilisation des différents acteurs porte rapidement ses fruits.

Il serait temps car un fléau se fait jour, le cancer, la nouvelle vitrine des inégalités sociales. Cliquez ici.

Si la richesse, qu'elle soit financière ou intellectuelle, ne fait pas le bonheur, elle y contribue et sauve des vies. C'est en tout cas ce qu'atteste l'étude sur la mortalité par cancer, publiée mardi dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH), menée par Gwenn Menvielle et Danièle Luc, épidémiologiques de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Et cela va de mal en pis. Alors qu'entre 1968-1974, un Français non-diplômé n'était qu'exposé au cancer à 1,52 fois plus qu'un homme en possession d'un baccalauréat ou plus, de 1990 à 1996, cette vulnérabilité passe à 2,29 fois plus de risques d'affection par le cancer pour un Français démuni de diplômes.

On comprend bien que plus la pauvreté est présente plus le risque de cancer est latent. Quand on à du mal à vivre on n’a plus le gout de se soigner. Ce sont bien entendu les moins diplômés et ceux qui n’ont rien, les exclus, qui sont victimes de la pauvreté. Leur nourriture est pauvre insuffisante et bien souvent l’alcool et la cigarette, une nourriture quelconque qui ronge l’estomac et l’esophage, sont les éléments factorisant de cette maladie. Le tableau ci dessous représente les risques de surmortalité pour les personnes modestes, mais probablement encore plus pour les pauvres.

La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie). 08090308_cancerx1i1_ori567.1220809307



On constate que les cancers liés aux voies aérodigestives supérieures, larynx, ésophage, cavité buccale, et broncho-pulmonaires sont importants. Les femmes sont moins touchées que les hommes sauf pour les voies respiratoires ou elles ont pris le pas sur les hommes, elles ont voulu faire comme eux fumer, mais d’une façon générale elles respectent mieux leur corps.

Il n’y a pas de pauvreté sans misère intellectuelle. Savoir manger est une éducation, et quand la vie par ses contraintes nous conduit à négliger notre corps en lui faisant subir les atteintes d’une nourriture trop riche, ou trop pauvre, il n’aime pas. Notre société de consommation à non seulement développé la misère, l’exclusion, mais aussi l’obésité, ainsi que des maladies qui n’existaient pas il y a quelques temps, comme le sida. Manger un casse croute à midi coupe la faim certes, mais le soir, on a encore plus faim. On mange et puis on se couche. Notre corps qui fonctionne au ralentit la nuit doit accepter cette charge, il en souffre et il grossit.

Ceux qui n’ont rien n’ont pas ce problème mais pour eux c’est manger toutes sortes de nourritures quand ils ont de quoi manger, et cela à toutes heures. Leur corps s’appauvrit comme le reste, il n’a plus ce qu’il faut, et l’on voit les visages vides possédés par la misère. La maladie sous toutes ses formes trouve ainsi un terrain favorable pour s’accaparer des corps.

Nous avons créé des richesses, du bien être mais seulement pour quelques uns, et nous n’avons pas su, ou pas voulu regarder ce qui se passait, notre égoïsme a fonctionné à plein. Nous avons négligé les autres ceux qui ont été ou sont largués par le modernisme de notre société de consommation. Alors il n’est que temps de comprendre qu’il faut plus de justice, plus d’équité, plus de charité entre nous, ce n’est pas ce que ce gouvernement à fait même s’il prétend l’avoir fait par des mesures comme le RSA ou seuls ceux qui ne le finance pas sont ceux qui sont les plus riches.
 

La pauvreté et ses conséquences,(1ère partie).

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'association Sidaventure :: L'oubli, l'inconscience et l'ignorance de cette maladie ! :: Sidaventure-journalisme-en-résistance-
Sauter vers: